LULU, Opéra d'Alban Berg -- Acte 2, Interlude : Analyse



La partie Analyse s'appuie sur l'utilisation des liens décrits ci-dessous :

Fermer

Fonction Aspect visuel Utilisation

Affichage de fragments de la partition.
Le son correspondant est disponible dans certains cas.
thème Lulu ♫ Cliquer sur le lien, fenêtre à fermer ensuite.

Affichage d'extraits de textes de Récit correspondant aux séquences de même nom dans l'Analyse.  A ,  B ,  C ... Le texte apparaît lorsque le pointeur de la souris survole le lien et disparaît lorsqu'il s'en éloigne.

Affichage d'extraits du texte du livret. Alwa  Le texte apparaît lorsque le pointeur de la souris survole le lien et disparaît lorsqu'il s'en éloigne.

Déplacement vers une autre partie (acte ou scène) de l'Analyse. Cavatine  La zone de texte atteinte apparaît sur fond coloré.
Cliquer sur le lien  ou sur le bouton page précédente de votre navigateur pour revenir au point de départ.

Affichage d'une liste chronologique dont chaque élément correspond à un moment de l'évolution musicale d'un personnage. thème d'Alwa ↗ Cliquer sur le lien, fenêtre à fermer ensuite.

Notes techniques générales :

Ce segment du site a été créé conformément au standard W3C (World Wide Web Consortium). Pour cette raison, l'utilisation de navigateurs anciens, ou ne suivant pas ce standard, peut se traduire par des dysfonctionnements plus ou moins sensibles. Nous recommandons :
  • de mettre à jour votre navigateur si celui-ci est ancien ou d'en choisir un de développement plus récent. Cette opération est gratuite, rapide, très simple à faire et intégrera automatiquement pour vous les éléments importants de votre ancien navigateur, tels que signets, favoris, mots de passe, etc...
  • de vous assurer que votre navigateur est configuré pour exécuter le code Javascript.
Georges Jaroslaw, développeur
postmaster@ionization.fr

Fermer

  Chap.  

DVD
Time

Piste

CD
Time

SEQ.


ss/séq.

  Mes. Séquence  

 
 

 

 
 

18     A  

Mes.656-662.      L'Arrestation

TUMULTUOSO  
      656-662

Comme dans chaque Interlude, et comme si l'action précédente se pursuivait derière le rideau, nous retrouvons les motifs (souvent maltraités!) attachés aux personnages (affolés!) que nous venons de quitter en plein "tumulte".

      656-659

D'abord, éclatante aux Trp. une coléreuse et nouvelle disposition de la série ↗ d'Alwa.

Soutenue par la même, plus classique, aux Cordes. Suivies immédiatement aux Bons. et Cordes par le Thème du Lycéen ♫ <657-658>.

      660-662

De nouveau Alwa entre CB. Vcl. et 1.Von et, distribuées dans tout l'orchestre une nouvelle version des klusters de l'Athlète <661-662>. Toute la "bande" sauf Geschwitz (que je ne suis pas arrivé à  dénicher!)

      B  

Mes. 663-669     Lulu enchaînée

LULU ENCHAINEE  
  00:17   663-669

Comme dans l'Allegro Misterioso de la Suite Lyrique (dont il sera aussi question à  la fin de la scène suivante) une suite de Canons sur la Série Génératrice. aux Cordes. Impression de bruissement (renforcé par le roulement de Caisse Claire) , du grave à  l'aigu puis de l'aigu au grave.

      663-664

Triple canon de la série ♫ Génératrice sur Do à deux temps d'écart. puis sur Do# à un temps, puis à 1/2 temps etc... (Souvenons-nous de la poursuite de Lulu par le Peintre au 1er Acte)

      664-667

Puis à  3/4 de temps sur Do#, à  1/2 temps sur Mi <665> et enfin à  une double-croche d'écart sur Fa# <667>..

Les entrées sont soulignées par le Pno. et la Harpe.

      667-669

Et voilà  qu'arrivé au sommet de cette progression, c'est le Mvt. Cont. qui structure le dispositif.

Lors de la rétrogradation, nous aurons parcouru ainsi les quatre formes ♫ de la Série Génératrice.

Le soulignement des entrées reste maintenant seulement au Pno. en obstinato.

      C  

Mes. 670-674     Dans l'attente du Procès

EROS 1  
      670-674
  00:32   670-671

Maintenant interviennent les Bois. Ces manifestations progressives des groupes instrumentaux aideront fortement à  la reconnaisance de la rétrogradation.

La Clarin. sur la Série Génératrice sur Mi; le Pno. et les Alt. n'en retiendront que les sons 1, 3, 7 et 9: les quartes de l'Eros!(Exemple Interl1 ♫)

Puis les personnages de la scène précédente qui réapparaissent: Schön au Basson, Alwa au Sax. et toujours le Pno qui pique aux personnages les sons de l'Eros.

Mais Berg  nous a réservé une jolie métaphore: celle du Bon qui continue Schön (en boucle) mais amputé des sons de l'Eros! C'est fini pour lui.

      672-674

Le Lycéen au htb., le Valet (Prince-Marquis) mais légèrement troublé (!) à  la Fl., L'Athlète au C.Bon. On remarquera que les rythmes de l'Eros sont différents selon les personnages dont il emprunte les sons et qui constituent une "approche" du Rythme du Destin qui martèlera l'Eros dans la section suivante.

      D  

Mes. 674-678     Le Procès

EROS 2  
  00:42   674-678
      674-678

Arrivent maintenant les Cuivres (+ Altos et Vibra) qui énoncent clairement l'Eros sur le Rythme du Destin. Des batteries de double-croches à  l'écriture très précise font comme un tremblement dont l'intensité ne cesse d'augmenter.

      E  

Mes. 678-679     Le Jugement

SEMPRE VIVACE  
  00:50   678-680

Un quadruple canon sur le Thème de Lulu (légèrement perturbé lui aussi). Craint-elle la mort qui se déploie par Hpe. et Pno. <679> ?

      F  

Mes. 680-683     La Condamnation

FF  
  00:55   680-682

Le point culmnant de toute cette progression (sans doute la condamnation de Lulu) sur un accord de 7ème diminuée (les mêmes que dans le Prologue  ) qui se déploie en diminution rythmique jusqu'au segment suivant.

Les Cordes, elles, juxtaposent l'Eros par Mvt. droit et contr.

      G  

Mes. 683-684     Transfert à la Prison

SCHON LANGSAMER  
  01:03   683-685

Les 7èmes diminuées vont disparaître au profit d'un glissement harmonique (cordes, Fl. Htb.) qui n'est pas sans en rappeller un autre  . Celui pendant lequel le Alwa  comparait le Tableau en cours d'exécution avec la personne de Lulu. Ici c'est son image (en ombre sur le mur du cachot, précise Berg dans son scénario) qu'elle va apercevoir.

      H  

Mes. 685-686     La Prison

NOCH LANGSAMER  
  01:08   685-686

Et c'est donc le Thème du tableau par Mvt. Dr. et Cont. que nous entendons au Cuivres.

      O  

MES. 687     Lulu voit son image  (Miroir)

GANZ LANGSAM  
  01:16   687

Mesure capitale, clé de voute de tout l'édifice.Point de départ de la rétrogradation.

Berg nous en montre le chemin en faisant entendre (par Von et Vcl solo)  ensemble, l'Eros droit et cont.; le mvt. cont. de l'Eros étant identique à son Mvt. rétrogr.

Et si ça ne suffisait pas, le Pno arpège le son-signal ascendant jusqu'au point d'orgue (trou noir du destin de Lulu), puis descendant; c'est le départ de la rétrogradation.

Berg voulait qu'on percoive ce mouvement et c'est dans cette perspective qu'il le débute par des éléments immédiatement perceptibles. Le retour des instrumentations dans l'ordre inverse (Cuivres-Bois- Cordes) aidera également l'écoute.

On trouvera dans Récit la correspondance terme à terme du dispositif.