Retour Accueil

RETOUR PÉDAGOGIE
PRÉNOM CARMEN : ANALYSE
ANALYSE
(Aux possesseurs de Mac, je recommande d'enregistrer les
indications temporelles du DVD en "signets"
tout en sachant que ce fichier de signets n'est pas exportable
et qu'il n'est vreconnu que par la machine qui l'a généré)
SEQUENCE 0
CHAPITRE 1 (DVD)
Générique
N° 1-2-3
Trois GP du Lion d'Or du Festival de Venise.
C'est un JAUNE pur et dur QUI domine dans ces trois images. Dans la
thématique de couleurs qu'a voulue JLG, on peut penser qu'il dominera
dans la première et la dernière partie (exposition et catastrophe) alors
que c'est le BLEU qui enveloppera la partie centrale –l'amour-
particulièrement évident dans les nombreux plans de mer.
00.00.01
N° 4
Carton: Alain Sarde présente Do Ré Mi Fa
Sol…
JLG : (off) … la valeur technique de l'image et du
son. ( Do Ré Mi Fa Sol).
Ces cinq notes, écrites et entendues, nous indiquent, quoique comme une
caricature, que le film qui va suivre est, avant tout, un film sur la
MUSIQUE. On peut voir là une parenthèse ouvrante qui se fermera au
N° 21 lorsque JLG dit à l'infirmière: "la, do ré mi fa sol la, j'aurai de la
fièvre", clôturant ainsi l'Introduction.
Il sera également repris par Jacques (le chef de bande) au plan 158.
Remarquer que le "la" musical n'est pas exprimé mais lu dans "la
coproduction".
Exemple simple d'interactivité entre écouter et lire.
Au plan 21 le "la" (musical) devient " là, j'aurai de la fièvre".
Ici, un substantif se transforme en préposition…
(cf. 00.00.14)
N° 5
Berges de la Seine. Nuit.
Voitures, phares allumés, au fond, passage
d'un métro aérien de gauche droite( ( Métro1 )
00.00.10
P.Carmen
1
26/01/09
Ce plan de circulation reviendra souvent. (Le temps qui passe)
Le film comporte six plans où l'on voit un passage de métro(s) aérien(s).
Quatre de nuit et deux de jour. Leur fonction est thématique,
métaphorique ou de ponctuation Ici, c'est le simple exposé de cette
thématique.
On verra à chacune de leur apparition, leur fonction.
M2: 00.12.59
M3: 00.21.09
M4: 00.53.25
M5: 01.03.12
M6: 01.07.43
Des sens contraires (métro-voitures) on peut aussi déduire les destins
divergents de Carmen et de Joseph.
Les dominantes jaune et bleue (celle-ci étant vouée à la partie centrale -
l'Amour - ) apparaissent déjà.
Ce plan nous expose la thématique du métro aérien, des dominantes
jaune et bleu, de ce son "à tout faire", tantôt "circulation", tantôt "mer",
tantôt "métro".
N° 6
Carmen (off): C'est en moi, en toi que ça produit
des vagues terribles. Vagues et Mouettes . J E n'ai
pas fait d'études mais je sais aussi que le
monde n' appartient pas aux innocents.
Sous le titre du film le son thématique de la mer et des mouettes (qui
annonce l'image du plan suivant) et les deux phrases leit-motiv (en gras)
qui reviendront à plusieurs reprises. La première au plan 118 (Carmen:
"T'as fait des études") et au plan 160 quand Jacques – le chef du gang –
demande à Joseph: "Vous avez fait des études?". La deuxième nous
annonce les phrases échangées entre le valet et Carmen à la fin du film
(plan 227) et qui évoque la fin de l'Electre de Giraudoux. Electre, la
mère, la mer. Et aussi au plan 119 quand Carmen dit: " Il y a quelque
chose avec les innocents, là… et puis les coupables, là…".
Ces trois interventions marquent les trois grandes parties du fil:
Exposition-Péripétie-Catastrophe.
N° 7
Bord de mer.
00.00.34
Ces différents plans de mer irrigueront tout le film. Leurs occurrences,
bien que de moindre durée, sont "partenaires" en quelque sorte, des
interventions du Quatuor.
Me 01 - 00.00.33
Me 02-00.21.55
Me 03-00.22.22
Me 04-00.25.48
Me 05-00.26.21
Me 06-00.29.58
Me 07-00.31.19
Me 08-00.35.08
Me 09-00.36.06
P.Carmen
2
26/01/09
Carton: PRENOM CARMEN
(repris plan 106
et 109)
Me 10-00.38.58
Me 11-00.39.10
Me 12-00.42.30
Me 13-00.43.48
Me 14-00.43.57
Me 15-00.59.02
Me 16-01.20.32
Me 17 suite Me 16
Carmen (off): …Si on peut, on continuera. Je n'ai
pas peur, mais c'est parce que je n'ai jamais pu,
su, m'attacher .
Allez..Je me dépêche. A tout à l'heure. Celle qui ne…
Le "m'attacher", assez peu audible, annonce deux dialogues entre
Carmen et Joseph à la fin de l'attaque de la Banque (plan 67).
Là aussi jeu sur la double signification d'"attacher".
N° 8
Des nuages masquent l'éclat de la lune.
(Annonce du plan 116 qui en constituera le
développement)
00.00.53
(cf.00.39.25)
Carmen (off): …devrait pas s'appeler Carmen
N° 9
P.Carmen
3
26/01/09
Le Quatuor (Q1) -35"-
00.00.56
1erV. de face, A gauche de l'image: les
cheveux de Claire (censée être l'altiste du
quatuor) en amorce, de dos.
En haut à droite, une lampe blanche posée
sur un piano à queue.
C'est donc la première d'une série de 16 imageries du Quatuor au travail;
seize variations sur ce thème d'image, dont aucune ne sera semblable.
Rappelons que si l'on remet la Grande Fugue à sa place comme finale du
13 ème Quatuor, Beethoven a écrit 16 Quatuors.
Si l'on veut mettre en regard chacune de ces interventions, voici les
repères de minutage:
Q1 00.00.56
Q2 00.04.48
Q3 00.10.54
Q4 00.11.27
Q5 00.13.34
Q6 00.15.49
Q7 00.17.21
Q8 00.24.49
Q9 00.25.10
Q10 00.33.13
Q11 00.35.26
Q12 00.38.09
Q13 01.12.15
Q14 01.14.02
Q15 01.14.52
Q16 01.15.18
Suivront 2 plans sur Claire seule. Elle ne fait plus partie du Quatuor.
Elle est maintenant actrice du drame.
L'angle de prise de vues, l'élément de décor, parfois la disposition des
musiciens seront variés à chaque intervention. Comme si l'espace du
travail des musiciens (espace abstrait) était d'une autre nature que celui
du récit.
9 ème Quatuor 2 ème mvt Mes.1-11
1 er Violon : Avec le corps.
On vérifie effectivement sur l'image l'injonction du 1 er Von. Ce rapport
de la musique au corps, très explicite pendant l'attaque de la banque dont
on peut penser qu'il procède de la dimension "chorégraphique" du film.
N° 10
Suite carton Générique (les acteurs)
P.Carmen
4
26/01/09
…Mes.7-11
puis bruits de pas résonnants
Le montage sonore vaut qu'on s'y attarde.
Apparition synchrone (les synchronismes de montage sont très rares
dans le film et toujours intentionnels –cf N°98-) du carton sur un
premier temps de mesure.
Un court silence suit l'arrêt brusque de la musique (on va changer
d'espace de récit).
Le son réaliste du plan suivant arrive très en avance. (Il faut avoir eu le
temps de lire l'intégralité de la liste des acteurs…)
SEQUENCE 1
Seq. 1
(00.01.36)
N° 11
Extérieur Hopital.
GP. Infirmière ½ profil gauche
Ici, infirmière, plus tard secrétaire-habilleuse, à la fin secrétaire-script; et
bien qu'absente du générique acteurs, collaboratrice à la création du film.
(Anne-Marie Miéville).
Un Malade: (off) Quand la merde aura de la
valeur, les pauvres naîtront sans cul.
Infirmière Alors, Monsieur Hugues
Malade : (off) Quand la merde aura de la valeur,
les pauvres naîtront sans cul.
Infirmière : Mais oui, on vous écrira.
N° 12
De loin, un malade s'avance vers nous en
passant devant JLG assis sur un banc
Il fredonne un des plus célèbres airs de Carmen:
"La Habanera".
Seules ce fragment et un autre dans la scène du Bar (N° 138) évoqueront
la musique de l'Opéra de Bizet.
On peut remarquer, à ce propos, que Godard s'est inspiré non de la
Carmen de Mérimée mais bien celle de Bizet, qui introduit le personnage
de Michaela (amoureuse sans espoir de José) et qui devient dans le film
Claire, l'altiste du Quatuor.
N° 13
P.Carmen
5
26/01/09
Malade : (off) Y a-t-il un Français dans la salle?
Infirmière : (off) Monsieur Jean-Pierre!
Il s'agit du réalisateur Jean Pierre Mocky.
JP Mocky : Y a-t-il un Français
dans la salle?
"Y a-t-il un Français dans la salle" est un film de Jean-Pierre Mocky
Infirmière : Monsieur Jean-Pierre!
JP Mocky : Y a-t-il un Français dans la salle?
Infirmière : Oui, oui, venez.
N° 14
Carton générique Auteurs et Techniciens
JP Mocky : Y a-t-il un Français dans la salle?
Infirmière : (off) Venez, on va vous écr
Bruits divers manifestement provoqués par une
main humaine C'est le son du plan
suivant.entendu comme un "son seul"..
N° 15
(00.02.19)
… celle de JLG tapant sur le carreau de la
fenêtre et autres objets.
Après nous avoir fait comprendre qu'il s'agissait d'un film sur la
Musique, ce plan (relativement long) nous dit maintenant qu'il s'agit
aussi d'un travail sur le son
N° 16
(00.02.43)
Son Machine à écrire + entendus précédemment
+ boule qui roule: un son qui évoque le flipper
du 1 er Bar (N° 138 –Chap 11 00.48.33) et au
cours duquel on entend siffloter le même aqir de
Carmen que précédemment (La Habanera)
Pourquoi JLG tape-t-il "mal vu". Précisément pour souligner le décalage
entre certains sons et celui de la machine à écrire qui assure seule un
certain synchronisme, par la frappe des caractères.
Drôle de machine qui produit du texte (celui du film) mais aussi du son
(celui du film) nous indiquant par là –s'il en était besoin- que le son est
aussi un élément strucrturel du film.
N° 17
Carton Générique (les techniciens, suite).
N° 18
P.Carmen
6
26/01/09
Chambre Hopital Jour. JLG s'agite et tape
sur différents objets.
GP sur machine à écrire. On voit s'inscrire:
"mal vu
Chambre Hopital Jour. JLG et les médecins.
Interne : (off) Tout ça n'est pas normal.
JLG : Qui est là? Ah oui, faites entrer l'infini.
Docteur : (off) Alors, mon ami, comment ça va
aujourd'hui?
Interne : On ne peut aller mieux.
JLG : je vous promets que je vais tomber malade.
N° 19
Docteur : Je regrette, si la fièvre ne s'élève pas
vendredi, on vous chasse.
JLG : Ma société a payé l'hôpital.
Infirmière : On n'est pas dans un hôtel.
Interne : On vous chasse.
JLG : Je suis sûr que je vais tomber malade.
Docteur : On vous chasse.
Infirmière : J'inscris?
Pourquoi cette comédienne?
Alors que c'est toujours la première infirmière (secrétaire-habilleuse-
script) qui le dira plusieurs fois dans le film?
Docteur : Oui
N° 20
Carton Générique. Musique, musiciens
Labo, caméras.
Silence
Il n'y a musique qu'à la suite d'un silence
Feuille de papier tirée d'une machine à écrire
N° 21Chambre Nuit
(00.03.38)
Bruit de pas qui se rapproche.
Infirmière : Il faut éteindre Monsieur Jeannot.
"Mal vu, mal dit"
Fin du texte sorti de la machine à écrire au N° 16 et hommage à Beckett par la même
occasion.
Mais dites donc vous avez bien travaillé
aujourd'hui. C'est bien ça
JLG : Vous trouvez?
Infirmière : Oui, oui. Allez. N'oubliez pas votre
température, La fièvre peut remonter, on ne sait
jamais.
JLG : Je sais que si je vous mets le doigt dans le
cul, et que vous comptez jusqu'à trente-trois,
Par ces mots une nouvelle parenthèse s'ouvre qui se fermera à la fin du
film.
Cf N° 209
la, do ré mi fa sol la,
P.Carmen
7
26/01/09
Remarquer l'ambiguïté du mot "la": note de musique mais aussi article:
"la coproduction" et ici "là".
Ici, au contraire c'est celle ouverte au N°4 qui se ferme, clôturant ainsi
cette Introduction-Générique (Séq 0 et 1).
Premier parallélisme avec les quatuors de Beethoven dont nous savons
que les 1ers Mvt (c'est la séquence qui suit) sont le plus souvent
précédés d'une introduction.
j'aurai de la fièvre.
Infirmière : Pourquoi vous me dites ça?
JLG : Aujourd'hui on fait jamais ce qu'on a
envie.J'ai envie de dire ça, je le dis. Alors j'aurai
de la fièvre?
Infirmière : Peut-être
(Début de la Musique)
Il faut remarquer la précision rythmique du montage son: Extinction,
parole, pas, attaque de la musique.
JLG : Etre…Être .
Ce mot sera plusieurs fois repris.
En particulier, de manière un peu caricaturale, par Joseph dans la
Cafeteria du Tribunal.
Cf N°136
SEQUENCE 2 (Primo Tempo)
N° 22
Le Quatuor (Q2) -51"-
(00.04.48 )
Ici, le plan est axé sur le Violoncelliste. Le 2d Violon à gauche de
l'image; le 1 er Violon à droite, de dos comme l'était à gauche, Claire
(l'Altiste) en Q1, et ici absente de l'image. Contre-champ du précédent?
Il semble que ce ne soit pas un autre angle du décor précédent, mais une
autre pièce. A même fragment musical, autre espace.
L'espace des musiciens serait une sorte d'espace abstrait, mobile,comme
celui de la musique, échappant totalement à celui du film. On observera
également que la disposition des musiciens change souvent accentuant
ainsi l'ambiguité de cet espace qui leur est propre.
Le fragment musical, identique au premier, se poursuivra plus
longtemps afin de visualiser le "Avec le Corps" énonçé par le 1 er Violon
au N° 9
Quatuor de Beethoven (9 ème ) 2ème mvt. Mes.1-20
SEQUENCE 3
(Chapitre 2 dvd)
(00.05.39)
Seq. 3
N° 23
P.Carmen
8
26/01/09
Jardin Hôpital Jour. Une voiture bleue
arrive; Carmen en sort.Un malade surgit.
Très habile construction de l'image, qui encadre la voiture Bleue
(couleur de l'amour, qui sera la dominante couleur de la relation
amoureuse). Le rouge, très présent, anoncerait-il le drame futur?
Malade : En un mot mademoiselle…
Infirmière : Monsieur Jean !
Malade : … l'homme qui veut chasser l'ignominie
et le crime de la terre…
Carmen : La chambre de Monsieur Godard?
Jnfirmière : A l'entrée, à l'entrée.
Malade : …doit-il passer comme la tempête et
faire le mal comme au hasard?
Infirmière : On vous écrira..
Conducteur : Je suis sûr que ce n'est pas une
bonne idée
Le conducteur de la voiture reprendra cette phrase au plan 31 et à la fin
du film (à l'Hotel Intercontinental) s'adressant à Carmen: "Regarde ton
idée.."
Carmen : mais si, c'est une bonne idée.
Fragment du Quatuor en cours
N° 24
Carmen se dirige vers l'entrée.
Malade : Il est temps qu'en chaque chose connue
de toi, la folie sache apercevoir l'envers.
Infirmière : On vous écrira, on vous écrira.
N° 25
Chambre JLG.
Cette séquence est à mettre en regard avec la séquence 12:
l'Appartement de Trouville où Carmen évoquera Oncle Jean et sa
relation avec lui, que l'on laisse supposer ici.
Cinq coups frappés à la porte
JLG : Où suis-je? Ah non, qui est-ce?
Carmen : Tu te souviens pas de moi?... Carmen.
JLG : Tu es la fille de…d'Elisabeth.
Suite du fragment entendu plus haut.
Comme si c'était la musique qui lui faisait retrouver la mémoire, car ce
fragment est lui-même une "mémoire" du fragment précédent.
Carmen : Tu te demandes pourquoi je suis là?
JLG : Ah oui, ça peut faire du dialogue.
3 ème et dernier fragment musical d'allure
conclusive.
On peut penser, aux dires de JLG lui-même, que le rapprochement du
mot "dialogue" avec l'élément musical n'est pas innocent…
Carmen : On peut fumer?
Toute la scène sera accompagnée d'une ambiance sonore mixée assez
fort (en tous les cas très fort pour être entendu dans une chambre
P.Carmen
9
26/01/09
d'hopital). Sons de couloirs, bruits de voix, mais aussi quelquechose qui
fait penser à des sons de cuisine. JLG n'a-t-il pas fabriqué une caméra
avec les ouvriers de la cuisine? (N° 28)
N° 26
GP de face de Carmen
Carmen : Il faudrait que tu m'aides oncle Jean.
JLG : Il y a longtemps. Les dernières vacances,
c'était…longtemps.
Carmen : Oui
JLG : C'est fou, les jeunes: ils oublient tout, et ils
ont que de la mémoire. Ils sont dans le trou
noir .
Cf (00.07.09)
Et N° 105 b
Ce "trou noir" sera visualisé N° 201 par un effet d'optique sur une volute de la balustrade.
Carmen : Tu habites vraiment ici, maintenant?
JLG : (off) Non, pas vraiment. C'est difficile, il
faut que je tombe malade presque chaque
semaine.
Le début du rire est silencieux. Trou Noir dans le son. Ce silence est-il
là pour marquer la correspondance du plan avec celui du plan 93 où
l'on parle précisément de l'Oncle Jean.
Les deux plans sont symétriques: ½ profil gauche devant la fenêtre dont
on devine un montant horizontal, ½ profil droit devant une fenêtre dont
on perçoit bien le montant horizontal.
Mais c'est sûrement aussi un trou dans la continuité du récit, une
soustraction de temps; la liaison se faisant par la fin du rire (off) que
l'on entend au début du plan suivant.
N° 27
P.Carmen
10
26/01/09
PM JLG puis Carmen entre par la droite.
L'enchaînement de ces deux plans (27 et 26) paraît accréditer
l'hypothèse d'une rupture dans le récit
JLG : Il faut que je t'aide alors, c'est nouveau.
Carmen : Oui mais cette fois c'est vrai. C'est vrai.
JLG : "Sa grande beauté, qui m'avait déjà donné
dans la vue, sa douceur et l'honnêteté avec
laquelle elle me… " N'importe où, n'importe
quand, les grands livres ça marche toujours.
Carmen : Il est toujours à toi, l'appartement de
Trouville?
JLG : Absolument… il est payé jusqu'à….l'an
2000
Carmen : Est-ce que je pourrai m'en servir?
JLG : Oui, oui… Pour quoi faire? Il est vide;
hein, tu sais.
Carmen : Tu sais on fait un film avec des amis.
Alors c'est oui…c'est oui Oncle Jean. J'ai
rencontré un type qui a de l'argent, il faut qu'on
lui montre des essais.
Le son off de l'hopital se fait plus insistant.
La richesse de cette scène tient beaucoup à ce curieux contrepoint de ce
son off avec le dialogue.
Alors je me suis dit que ça pouvait bien se
passer là; l'histoire se passe au bord de la mer.
Alors, c'est oui?
JLG : Elle finit bien cette histoire.
Carmen : On sait pas encore.
JLG : Tu le sais très, très bien.
Carmen : Mais non, arrête de m'énerver!
N° 28
JLG : Tu as toujours des histoires avec elle.
Carmen : Avec qui ça?
JLG : Le bord de la mer, avec ta mère, comme la
petite Electre.
Prémonition de la fin du film (N° 229 et 230)
C'est toi qui te souviens pas. Je t'ai toujours dit
que tu étais douée pour le malheur. Comment
ça finissait quand il y avait, tu sais, tous les
coupables dans un coin, et puis, les innocents
dans un autre?
P.Carmen
11
26/01/09
Carmen GP regarde par la fenêtre
Le mouvement ascendant du visage de Carmen (soudainement perdue dans ses pensées)
illustre cette prémonition ; prémonition de sa mort future.
Cf. N° 6 "…mais je sais aussi que le monde n'appartient pas aux
innocents…"N° 119 et N° 227: "…Comment ça s'appelle quand il y a les
innocents dans un coin et les coupables dans l'autre?..."
Carmen : Je ne sais pas, alors c'est d'accord?
JLG : Je vous prête ma nouvelle caméra si vous
voulez. Elle fait de la musique je l'ai fabriquée
ici avec des ouvriers de la cuisine.
Ici encore: caméra et musique, même combat!
"Au Clair de la lune" annoné au piano
Il y a Clair (Claire, l'altiste du quatuor) et lune, que nous avons déjà vu
derrière les nuages, et que nous reverrons dans la séquence Trouville
N° 29
PM JLG, assis par terre portant sur l'épaule
une sound machine pointée vers le sol.
Métaphore chère au réalisateur: la caméra, c'est aussi (ou surtout) du
son.
Carmen entre dans le champ par la gauche.
Superposition de bruits de guerre.
Hommage à Apocalypse Now?
Carmen : Tu n'as pas envie de refaire des films,
oncle Jean?
JLG : Il faut fermer les yeux au lieu de les ouvrir.
JLG a dit: "écouter l'image, voir le son… et s'apercevoir que leur non-
conformité est parfois plus riche".
Carmen : Tu pourrais nous aider avec tout ton
matériel vidéo. Il y a des fleuves de fric à gagner.
Tu veux que je demande à mon type?
JLG : Je ne sais pas, il faut voir
Voir le son, bien entendu et c'est pour cela que JLG remet le son du piano
Carmen : Mais pour l'appartement, c'est d'accord?
Et les clés, je demande à qui?
JLG : Au jardinier, ou à sa femme, elle fait le
ménage.
Carmen : Je te donne des nouvelles.
L'entrée du quatuor sur "Au clair de la lune" est à "écouter"!
On retrouvera le même type d'enchaînement N° 171 entre Tom Waits et
Beethoven
SEQUENCE 4
(00.10.54)
(Chapitre 3 dvd)
N° 30
P.Carmen
12
26/01/09
Le Quatuor (Q3) -17"-
Réf.05
Pour la première fois, les quatre musiciens ensemble, bien qu'on
n'aperçoit de Claire que son pied; sans doute pour réserver son visage
GP à l'intervention suivante.
L'avantage est donné aux partitions: le "papier à musique" dont il sera
question au Plan 31.L'image évoque aussi les mouettes que nous ne
ferons qu'entendre plus loin au bord de la mer…..
Et l'on s'aperçoit que c'est cette image que JLG "cadrait" avec sa sound
machine…!
Reprise Quatuor N° 9 3 ème mvt Mes. 77-94
SEQUENCE 5
(00.11.11)
N° 31
Extérieur Hôpital. Voiture Bleue et veste
rouge de Carmen.
Carmen : Il est d'accord
Conducteur : Ce n'est pas une bonne idée .
N° 211 Jacques confirmera (!)
Carmen : Si.
Conducteur : Ca devait être réglé comme du
papier à musique.
Carmen : Ben oui.
Conducteur : Ben non. On improvise, on
improvise.
N° 32
Le Quatuor (Q4)
(00.11.27)
Enfin le visage de Claire (Alto) en GP, agrémenté d'un ballet d'archets!
Rappelons que Claire est la Michaela de l'opéra de Bizet, absente de la
nouvelle de Mérimée et rajoutée par Bizet, à la demande du Directeur de
l'Opéra. Dans l'opéra Michaela est l'amoureuse sans espoir de José, qui,
évidemment, ne pense qu'à Carmen.
Ici elle est amoureuse (sans doute aussi, sans espoir!) de Joseph.
Personnage médian entre le monde du quatuor, de la musique et celui de
l'action, du gang.
Est-ce pour cela que JLG lui confie la partie d'Alto, instrument médian
lui aussi, entre le violon et le violoncelle?
REPRISE QUATUOR N° 9 FIN DU 3EMVT ET
DEBUT DU 4 ème, Mes. 1- 26.
Le fait de ne pas attaquer directement le final souligne qu'il s'agit d'un
Quatuor au travail et non d'une éxécution.
1 er Violon : Ca va pas. Claire fait trop de fautes..
Claire : Ceci je le sens bien. Je le reconnais
clairement.
P.Carmen
13
26/01/09
Il s'agit de phrases tirées des "Carnets intimes" de Beethoven. Sorte de paraphrases
constituant le seul dialogue de Claire-Instrumentiste.
C'est Claire qui devrait attaquer ce sujet de fugue; or elle ne joue pas.
Ambiguîté du personnage: seul membre du groupe qui n'est pas
instrumentiste (dans la vie) et qui donc (comme actrice) fait semblant de
jouer. Trait d'union entre le récit (elle est amoureuse de Joseph) et le
monde du quatuor.
Le quatuor ne sera intégré au récit qu'à la fin au dénouement du drame.
La vie n'est pas le bien suprême. Parmi les
maux, le mal suprême c'est la faute.
N° 33
Devant Chalet des musiciens. Ext. Jour
Une rose blanche sur le toit rouge d'une
voiture. En bord de cadre droit Joseph tient
la rose.
(Cf. N°137: …une rose rouge sur une
enveloppe balnche.
(00.12.02)
"La fleur que tu m'avais jetée "
Le renvoi à la scène de la cafeteria du Tribunal (Réf 14) montre bien
une certaine similitude entre les deux scènes: amour timide de Claire,
sentiment timide de Joseph vis-à-vis de Claire, la famille, une situation
etc…
Joseph : Bonjour Claire
Claire : Mon frère n'est pas là?
Joseph : Il est allé chercher des cigarettes.
Claire : C'est vraiment pour moi? Pourquoi?
Joseph : Il fait froid vous ne trouvez pas?
Le Frère ?
Le Frère : (off) Alors ça avance?
N° 34
(00.12.32)
Plan rapproché de la voiture.
Où l'on découvre Joseph pour la première fois avec son écharpe JAUNE.
N° 35
Berges de la Seine. Nuit. Les voitures
défilent, phares allumés.
C'est un des leit-motifs du film qui amorce la "disjonction" entre image
et son, qui suit. Le son est dans le récit, occulté par l'image qui récapitule
des thèmes: voitures dans la nuit (dominantes jaune et bleu) son des
mouettes, passage métros.
Le récit est provisoirement gommé au profit d'une sorte de réflexion
poétique. Type de parenthèse qui sera utilisée à plusieurs reprises dans le
film.
Claire : (off) Dis-lui pour Samedi.
Le Frère : (off) Oh non, dis-lui,toi … Madame ma
sœur demande si tu viens dîner samedi.
P.Carmen
14
26/01/09
Joseph : (off) Samedi, c'est obligé, j'ai
l'entraînement.
Claire : (off) Pourquoi il garde ce travail?
Le Frère : C'est vrai ça, tu devrais pas. En plus
mon père t'a proposé autre chose, je te l'ai
déjà dit.
Même type de conversation qu'à la cafeteria du Tribunal (N°136)
(00.12.50)
Joseph : (off) Oui.
Le Frère : Bon, je conduis Claire; après je te
dépose.
Cris de mouettes et vagues
N° 36
Plan d'ensemble identique au plan 5 qui
ouvre le film. Métro aérien, nuit. Deux
rames se croisent .
M2
On remarquera que le son du métro n'intervient que lorsqu'ils se
rencontrent.
Son du métro? Son de circulation? Son de mer? Ou le mélange des trois?
Ce qu'on pourrait appeler "effet de Rideau". Comme un rideau qui se
ferme sur ce Premier Mouvement du film, dont il constitue l'Exposition
et qui s'ouvre à nouveau sur le Deuxième Mouvement: début de l'action
proprement dite: "L'attaque de la Banque".
JLG souligne la scansion par le silence qui débute le
(10 ème Quatuor 1 er mvt, Mes 78-79(début du développement .
Le cri des mouettes sur le miroitement de l'eau, c'est déjà la mer.
Le son des métros, seulement quand ils se croisent (!) c'est encore la mer
(puissante cette fois).Le son des mouettes (solo) sur la Seine nous la fait
voir comme une mer Son polysémique qui marche pour les voitures, le
métro et la mer!!
)
On change de Quatuor. C'est maintenant celui lié à l'attaque de la
Banque, annoncé ici comme une ouverture.
SEQUENCE 6
(00.13.19)
N° 37
Le quatuor prend ici une importance primordiale car il fait correspondre
la structure de la musique à la structure du récit.
De plus, quand il reprend une séquence musicale sous un autre angle de
caméra, on "entend" cette séquence différemment.
Enfin, la mise en scène du travail des musiciens nous fait entrer dans la
pulsion interne de la musique
Banque Intérieur Jour
P.Carmen
15
26/01/09
Le plan débute sur du silence. C'est là que commence l'action.
(10 ème Quatuor , 1 er Mvt Mes. 86 - 91
Gendarme : Je vais prendre un café; S'il y a du
pas normal, tu m'appelles.
Joseph : Pas normal, c'est quoi?
Gendarme : Tout, tout!
On remarquera le traitement "chorégraphique" de la déambulation des
gendarmes. Cette volonté chorégraphique est présente dans toute la
scène de la banque et particulièrement attachée au personnages de
Joseph.
N° 38
Le Quatuor (Q5)
(00.13.33)
Réf.07
Sur le violoncelliste
1er Violon : (off) Un peu étrange, un peu tendu…
1 er Violon : (off) Non… c'est le développement,
et là ça devient beaucoup plus dramatique que
d'habitude.
(10 ème Quatuor 1 er Mvt Mes. 78 – 100) Début du
développement
C'est en effet le Développement (au sens musical du terme) de ce 1 er mvt
que le Quatuor attaque maintenent. "Ca devient beaucoup plus
dramatique" en effet puisque va commencer l'attaque de la Banque et ce
qui s'ensuivra…
On remarquera l'image "striée" par le bras du 2d Violon (en amorce, de
dos) que l'on retrouvera de face, sur la même musique au plan 44 et qui
nous fait entrer dans la pulsion intérieure de la musique.
Variation de "filmage" de la même musique; qui la fait entendre
différemment.
Il faut entendre beaucoup plus le second violon
et l'alto. On reprend en D.
Un…
Et naturellement, le Quatuor "commentant" l'action, celle-ci reprend
on l'avait laissée, c'est-à-dire à la fin du plan 37.
(CHAPITRE 4 dvd)
(00.14.28)
N° 39
Banque Intérieur Jour
1 er Violon :…deux.
(10 ème Quatuor 1 er Mvt Mes. 87 – 88)
Joseph : Allez circulez, nom de Dieu!
Grosse femme : Je peux avoir un autographe, s'il
vous plait?
Joseph : Circulez, merde.
Grosse femme : Mais vous êtes pas Jean Gabin?
P.Carmen
16
26/01/09
Joseph : Circulez, taillez-vous, allez.
Grosse Femme : On dirait Jean Gabin dans "La
Bandera"
Joseph : Allez!
Voix : (off) Vidéo, vidéo, qui veut de la vidéo?
Joseph : Vous allez circuler …
Voix : (off) Tous les films …
N° 40
Rue de la Banque
Joseph : …Oui ou merde!
Voix (off) : Toutes les couleurs…
Voix : …Pal et Secam, vidéo, vidéo.
Joseph : Alors, vous circulez, circulez, bordel!
Voix : Qui veut de la vidéo?
(10 ème Quatuor 1 er Mvt Mes.82 - 97
N° 41
Intérieur Banque.
Joseph : Alain! Barrez-vous
Grosse Femme : Au secours, au secours!
Joseph : Alain, Alain
N° 42
Grosse Femme : On ne bouge plus! Allez, tout le
monde dehors, tout le monde au fond vite.
Vite, vite, vite. On se retrouve dans le hall.
Complice: D'accord.
(la musique reprend)
N° 43
Joseph : Poussez-vous.
SEQUENCE 7
(00.15.41)
N° 44
1 er Violon : (off) Il faut que ce soit plus violent
On voit donc maintenant de face le 2d Violon qui "striait" l'image au
plan 38. Et donc nous allons (subjectivement) entendre davantage sa
partie.
2d Violon : Ouais
1 er Violon : (off) C'est ça. On reprend parce que
de toute façon, c'est un peu lent comme tempo
Reprise du Développement Mes 78.
On remarquera que c'est le bras du violoncelliste qui strie, mais
beaucoup plus lentement, l'image.
P.Carmen
17
26/01/09
Le Quatuor (Q6) sur le 2d Violon
(symétrique de Q5
C'est l'ensemble de cette chorégraphie qui nous fait "entrer" dans cette
musique.
Violoncelliste : Il faut pas diminuer, faut pas
diminuer si vite.
2d Violon : Pas trop tôt.
1 er Violon : (off) … parce que c'est trop long,
cette phrase qui disparaît complètement, c'est très
long.
2d Violon : D'accord
Claire : (off) Agis au lieu de demander.(carnets
Intimes de Beethoven)
Un enfant qui pleure
Un enfant "en demande".
L'exécution, dans le travail en musique de chambre, est constamment
interrompue par des observations, des commentaires de chaque
exécutant.
Serait-ce donc une injonction de Beethoven (par la voix de Claire, son
porte-parole) de cesser de discuter, et de jouer?
2d Violon : Il y a donc un diminué sur…
Claire : (off) Agis au lieu de demander.(Cahiers
Intimes, Beethoven)….Agis…
N° 45
Intérieur Banque
Joseph, son fusil à la main.
Claire : (off) Fais d'abord des miracles, si tu veux
les dévoiler…
Le miracle surgira au N° 47
Mais on peut admirer l'aspect chorégraphique de la démarche de Joseph!
(00.17.13)
N° 46
Le Quatuor (Q7 )
Sur Claire, et dans un nouvel "espace" semble-t-il.
ainsi seulement tu accompliras toute ta destinée.
Mes 209-212
N° 47
Copier-coller du N° 45
(Joseph effectue une véritable danse!)
C'est là un des premiers jeux avec le temps qu'utilisera JLG plusieurs
fois dans le film.
Temps retourné, Temps suspendu, Temps simultané.
Ici, il s'agit d'une métaphore cinématographique du "On reprend à D" des
musiciens (N° 38).
2d Violon: Oh Claire!
"Oh Claire"…de la lune… que nous verrons plus tard surgissant des
nuages.??
Non, c'est peut-être trop…!!!
P.Carmen
18
26/01/09
Il n'en reste pas moins que c'est à Claire (Altiste) que vont toujours les
reproches. Ce qui est normal puisque c'est une comédienne qui ne fait
pas partie du groupe.
Mes. 215- 231 jusqu'au plan 50
(00.17.46)
Joseph tire un coup de fusil et déclenche les pleurs du bébé que l'on aperçoit
maintenant.
N° 48
N° 49
Hall d'entrée.
PR de Joseph avec son fusil
N° 50
Grosse Femme : Carmen!
La musique s'interrompt brusquement…
… comme pour "préparer" la théâtrale apparition de Carmen.
A la fin du plan Joseph se couche à plat
ventre.
SEQUENCE 8
(00.18.13)
N° 51
Plan demi-ensemble de l'escalier. Dominante
bleue.
Au plan précédent, on a appelé "Carmen". La voici donc qui "apparaît".
Nous l'avions vue comme nièce de l'Oncle Jean; elle est maintenant la
Carmen du Drame.
Cette apparition n'est pas sans analogie avec celle de Lulu au 2 ème Acte
de l'opéra de Berg.
Elle vient des "hauteurs", Elle mourra dans les hauteurs de l'Hotel
Continental.
On aura remarqué que dans le plan précédent "prévoyant" cette arrivée,
Joseph s'est couché; il est déjà "soumis" à ce destin.
Et lorsque Carmen apparaît dans l'image la musique reprend. Elle
reprend…
…Mes. 233 (suite de Mes. 231) au début d'un
canon très lyrique, (le seul dans ce mvt) entre 2d
Von et Alto.
C'est bien la préfiguration musicale de la future relation amoureuse.
N° 52
Joseph a des ennuis avec son fusil.
Il le jette en direction de Carmen.
N° 53
Elle esquive le coup de fusil
N° 54
P.Carmen
19
26/01/09
Un homme dans un fauteuil lit son journal.
Carmen, de dos, achève de descendre
l'escalier.
L'homme au journal est mort.
N° 55
Très beau cadre.
A gauche: Carmen, de dos, tenant son
revolver à la main visant Joseph.
Elle se trouve sous une applique lumineuse
de dominante jaune.
En haut à droite, au début de l'escalier, un
reflet bleu.
Au centre, Joseph, entendant le déclic du
revolver (vide de balles maintenant) esquisse
sa chute annoncée mais non réalisée dans un
geste éminemment chorégraphique!
N° 56
Une femme en rouge, un homme en noir
étendus sur le sol. Une femme de ménage
commence à éponger le sol.
Fin du mvt (Mes. 262) qui avait repris à la Mes.
233.
N° 57
10 ème Quatuor 2d mvt. Mes 1-3
Les trois interventions du quatuor (N° 57,58,60) sont croissantes en
intensité et en durée. Métaphore de la relation amoureuse qui hésite,
croît et se développe en un temps très court.
N° 58
Copier-coller 57
Ici, même dispositif temporel qu'en
47. Comme si le récit, après avoir
"hésité", "choisissait" l'histoire
d'amour.
Joseph, allongé sur Carmen, l'embrasse sur la
bouche.
Carmen : Partons d'ici.
Mes. 6-9
N° 59
Reprise et fin du N°56 (pour la même raison exposée en 58)
Carmen :(off) Partons d'ici.
N° 60
P.Carmen
20
26/01/09
Carmen et Joseph déboulent d'un escalier.
Joseph veut récupérer son fusil mais Carmen
se jette sur lui pour l'en empêcher.
Carmen allongée sur Joseph. Le chef de
bande entre dans l'image et prend le fusil de
Joseph.
Mes.29 - 34
N° 61
PR de Carmen. Elle redresse la tête
brusquement quand il tente de lui caresser la
nuque.
Remarquer le synchronisme de la musique avec les mouvements de tête
de Carmen.
N° 62
Joseph : Je vous attache , ça fera plus vrai.
Thématique langagière: attacher, attachement, détacher etc…
Bouffée musicale imperceptible…
… comme un regret.
Mes. 49- 58
C'est maintenant le fragment musical de l'aboutissement
N° 63
PR de deux mains sur la voiture bleue
N° 64
La femme de ménage efface la dernière
tache rouge.
(Chapitre 5 dvd)
(00.20.53)
Suite 63.Carmen et Joseph arrivent en courant vers la voiture
Joseph : (off) Les clés! Les clés!
Carmen : (off) Donne-lui les clés.
Le Chef : Elles sont sur le tableau de bord.
Rendez-vous où on a dit.
Carmen : (off) Y a rien de changé.
Joseph : Barre-toi!
C'est le Klaxon qui semble conclure la phrase musicale qui s'achève
Mes. 58
N° 66
P.Carmen
21
26/01/09
Les deux se relèvent et restent assis.
Carrefour. Ext. Jour. Passage du métro
aérien. M3.
SEQUENCE 9
(00.21.10)
Ce métro (bleu) est de jour, comme M6 .
Il va de droite à gauche, alors que M6 ira de gauche à droite.
Il ouvre, comme M6 fermera, la grande parenthèse de la relation
amoureuse: 3 ème mvt. du film (Andante amoroso).
N° 67
Carmen : Détachez -moi.
Joseph : Si je veux….
Carmen : Quand je vous aimerai, vous me
détacherez .
Mes.64- 67
Joseph : C'est moi qui m' attacherait .
Petit développement du thème langagier du N° 62
N° 68
Les trois plans qui suivent constituent un 2 ème insert (poético-réflexif) en
relation étroite avec le premier.
Joseph se souvient-il de Claire, à ce moment?
(00.21.32)
De plus, cet interlude nous dispense de montrer le trajet de Paris à la
Station service!!
Les images de mer (claire puis sombre), métaphore de la relation
amoureuse, nous préparent au grand cycle suivant.
Berges de la Seine. Nuit. (= N° 35)
Mes. 71- 74
Cris de mouettes
Mer-circulation
Mouettes seules
Silence
N° 69
Plan frontal de mer
… puis 75 - et mer ……
N° 70
Plan frontal de mer mais plus sombre .
On remarquera la grande durée de ces trois plans, durée nécessaire au
"travail" du spectateur.
Et aussi que la mer et ce qu'elle connote aura une place principale dans
cette partie centrale (Andante amoroso) du film. Véritable "partenaire"
du couple.
Mes. 80-…
Et puis ce 2d mvt se dissolvera peu à peu dans le bruit de la mer.
Comme il s'était établi progressivement lors du premier contact entre
P.Carmen
22
26/01/09
Carmen et Joseph.
Ce sera donc la fin du travail sur ce 10 ème Quatuor.
.On observera également que les trois quatuors qui seront utilisés
maintenant (14 ème , 15 ème et 16 ème ) sont beaucoup plus forts, beaucoup
plus complexes que le 9 ème et le 10 ème .
Ils ont vraisemblablement été choisis pour entrer en résonance avec la
profondeur et la gravité de la relation amoureuse qui va suivre.
N°71
Intérieur Station Service.
(00.22.49)
Le son de mer fait place à un passage camion (sans effet d'éloignement)
soulignant ainsi la contiguïté plastique des deux sons.
Arrivée de la voiture d'où sortent Joseph et
Carmen toujours enchaînés.
Puis ils sortent de l'image à gauche ainsi que
Villeret (à droite) laissant le plan vide, barré
par la croix noire du vitrage. Symbole?
Après l'arrivée de la voiture,Fade out jusqu'au
SILENCE.
Il semble que le réalisateur, par ce silence et cette image
impressionnante ait voulu nous indiquer que quelque chose allait se
passer, de différent; en tous les cas dans l'inconscient des personnages.
N° 72
Ce silence se poursuit sur le début du plan
suivant, précédant le retour au son réaliste.
La disparition puis le retour du son est lié à la disparition puis à la
réapparition de Villeret.
Villeret pique un pot pour bébé puis entre
dans les toilettes de l'établissement, suivi par
le couple
Carmen : Détachez-moi, j'ai envie de pisser.
Joseph : Très bien, moi aussi.
Carmen : Très bien, allons-y.
N° 73
Toilettes Station service.
Villeret mange
Carmen: (off) Non.
Joseph : Oui.
Carmen : (off) Non.
Joseph : Oui
Carmen : Non.
Joseph : Mais… Allez-y!
N° 74
P.Carmen
23
26/01/09
Carmen et Joseph devant les urinoirs.
Quatuor N° 14 5 ème Mvt Mes. 497-498
les deux dernières mesures, pour introduire
le 6 ème mvt.
N° 75
Villeret achève de manger.
Son des doigts raclant l'intérieur du petit pot.
puis début du quatuor qui suit.
SEQUENCE 10
(00.24.41)
N° 76
Le Quatuor (Q8)
Sur 1 er et 2d Violons
Quatuor N° 14 6 ème mvt Mes 1 – 6
1 er Violon : Non, non. Prendre la première phrase
venue construite…
N° 77
Extérieur Station Service.
Joseph achève de détacher Carmen
… sur l'harmonie. (Cahiers intimes de
Beethoven)
Probablement, l'harmonie (toute provisoire!) qui commence à s'instaurer
entre les deux protagonistes.
Remarquer l'image publicitaire représentant un cheval ailé (la liberté?)
Après un court moment de silence, fade in sur le
son de la scène.
Ce silence souligne le changement de situation. Il ferme la parenthèse
ouverte par le silence qui ouvrait la scène de la Station service
A la fin du plan, mouvement chorégraphique
de Joseph, repoussé vivement par Carmen.
N° 78
P.Carmen
24
26/01/09
Le Quatuor (Q9).
Réf.11
Sur Claire, l'altiste.
Il se passe, dans ce plan, quelque chose de très éclairant sur le
personnage de Claire.
Bien que ses attaques d'archet soient synchrones avec l'attaque des
fragments mélodiques, il y a ambiguïté sur ce qu'elle joue
effectivement; particulièrement sur son quatrième geste où la phrase
qu'elle est censée jouer est, en fait, dévolue au 2d Violon. Ce qui sera
rectifié au plan suivant qui reprend la même musique. Cela renforce
l'idée que Claire ne fait pas vraiment partie du quatuor (elle fait semblant
de jouer), qu'elle est l'élément intermédiaire entre le monde de la
musique et celui du récit.
Par ailleurs, le beau mouvement de boucle qu'elle fait avec son bras,
n'ouvre-t-il pas la relation amoureuse, comme il la fermera
définitivement au plan 172?
(00.25.09)
Mes. 10-14
N° 79
Le Quatuor (Q9a)
Sur les deux violons
Mes. 12-17
N° 80
Vagues déferlant sur le bord d'une plage
Mer et Mouettes
C'est la mer qui accompagnera, commentera et symbolisera, sous
différents aspects la passion amoureuse qui débute.
SEQUENCE 11
(00.25.59)
N° 81
Arrivée de la voiture.(bleue)
Le panneau de sens interdit ne semble pas là par hasard…
N° 82
Mes. 13-14
Intérieur Voiture
On a rapproché du plan 78, le mouvement de bras de Carmen. L'élément
musical qui accompagne ce plan pourrait justifier cette hypothèse.
Joseph : Vous avez une de ces poitrines.
Carmen : Peut-être…
Le premier "peut-être" de l'infirmière répondant à JLG ainsi que celui-ci,
insiste sur la fragilité d'une relation possible.
N° 83
P.Carmen
25
26/01/09
7 ème Mvt Mes 1-5 puis suivantes
Ce sont les plans de mer qui nous indiquent l'évolution de la passion qui
se tisse entre Joseph et Carmen.
Par ailleurs, la musique choisie semble être une parfaite expression
sonore du mouvement de l'eau.
N° 84
Joseph penché sur la rambarde, contemple
longuement l'image du plan précédent puis
vient s'asseoir sur le capot de la voiture.
Un klakson insistant…
… qui pourrait être aussi celui de la voiture de police arrivant à la
station service. Les deux actions deviennent simultanées par ce son.
N° 85
Voiture de Police arrive à la station service
Emergence ponctuelle du Quatuor sous le son
réaliste
N° 86
Un gendarme ouvre la fenêtre conducteur
puis sort, armé, de la voiture…
Suite Quatuor à vide
SEQUENCE 12
(00.27.33)
(Chapitre 6 dvd)
N° 87
Appartement Trouville Jour.
…en même temps que Carmen ouvre une porte,
bousculant Joseph.
C'est un vrai raccord temporel réitérant la simultanéité des actions.
Les sons synchrones sont volontairement mixés fort, rappelant le style
sonore du début dans la chambre de JLG à l'hopital.
C'est ce rappel qui lie les deux scènes.
Joseph : Oh pardon. Vous avez pu téléphoner?
Carmen : Poussez-vous, merde!
Joseph : Excusez-moi.
Carmen : Non, je vous demande pardon, moi.
Joseph : Qu'est-ce qu'il y a?
P.Carmen
26
26/01/09
Long Plan Plongée sur la mer
Carmen : Je vous expliquerai.
Il faut remarquer la beauté (dans la symétrie) du
Plan pendant cette phrase
Joseph : Je ne demande pas mieux.
Carmen : Petit soldat!
"Le Petit Soldat" film de JL Godard
Je vais voir s'il y a quelque chose à manger…
N° 88
Raccord dans le mouvement sur Joseph qui
Entre dans une pièce
…Il est complètement fou, il y avait un
magnétophone dans le frigo.
Un film sur la musique et sur le son .
Remarquer le "ballet" des deux personnages.
Joseph : (off) Excusez-moi.
Carmen : C'est vrai que c'est vide.
Joseph : Chez qui on est.
Carmen : Tirez-vous!
Joseph: Non
Carmen : Attirez-moi ..
Joseph : Oui.
Dialogue à rapprocher de celui du N°67
(Détachez-moi…etc)
N° 89
15 ème Quatuor 3 ème Mvt. Mes. 15-18
Le Quatuor de l'Amour qui accompagnera toute la progression de la
passion.
La partition indique: "Chant de reconnaissance offert à la divinité par
un convalescent dans le mode lydien".
Ce n'est pas le début du mvt. mais seulement un "appel".
N° 90
(00.28.56)
Ext. Plage.
Carmen seule, en veste rouge . s'avance
lentement.
N° 91
Int. Appartement.
Mes. 17-18
Carmen : De quoi avez-vous envie?
Joseph : Maintenant? De… Et vous?
P.Carmen
27
26/01/09
Ext.Station Service; les gendarmes
s'engouffrent dans leur voiture
Carmen : De quoi j'ai envie… dans la vie… de
montrer aux gens ce qu'une femme fait avec un
homme.
Joseph : Avec un homme? Comment elle lui
parle?
Carmen : Non…pas du tout… ce qu'elle fait à un
homme…
N° 92
(00.29.58)
Plan de mer calme d'où émergent quelques
rochers.
…L'amour, bien évidemment. Bien suggéré par le
SILENCE, au début du plan avant que ne débute
le quatuor.
Mes. 1-14
Ce silence –comme tous ceux du film- est un rappel à l'ordre du spectateur.
"Attention", il y a là quelque chose à percevoir(!)
Si l'on perçoit bien ce plan on observe qu' il s'établit un rythme intérieur
(chez le spectateur sensible) entre la métrique régulière de la musique et
l'impact d'une vague sur le rocher au centre de l'image.Rythme basé sur
l'alternance de syncopes et de synchronismes
Rythme de l'amour aussi.
Extraordinaire beauté de ce long plan (pour moi, l'un des deux plus
beaux du film) et de ce qu'il nous dit.
N° 93
Carmen et Joseph devant la fenêtre.
A la musique qui se poursuit, se mêle un fort
bruit de mer.
Les personnages parlent mais on n'entend pas ce
qu'ils disent.
JLG disait (je cite de mémoire) que les amoureux se disent toujours la
même chose et que plutôt que d'entendre leurs mots, il valait mieux
entendre le bruit de la mer!
N° 94
(00.31.20)
La mer
Fin de la musique
N° 95
Int. Appartement; devant une fenêtre.
Maintenant sur une répétition partielle du plan 93, on entend le dialogue
qui avait été remplacé par la musique et le bruit de mer.
Nous avons déjà vu, dans la Banque, ce type de répétition, qui semble
retourner le temps sur lui-même.
Carmen : (off) J'ai habité ici. C'est chez un de
mes oncles. Je devais avoir treize ou quatorze
ans.
P.Carmen
28
26/01/09
On entend le rire de Carmen qui avait été omis dans la scène de la
chambre d'hopital avec JLG.
Il y a aussi analogie de cadrage sur le visage de Carmen.
A l'hôpital, c'était JLG qui décrivait l'appartement, maintenant c'est
Carmen.
Là-bas c'était le salon, ici c'était sa chambre…sa
chambre… sa chambre.
Son d'une vague particulièrement forte.
(Un temps)
Que s'est-il passé dans cette chambre entre Carmen et son oncle?
On va faire un film avec des copains.
Joseph : Ah bon
Carmen : Oui, un documentaire…enfin, on ne sait
pas encore.
Joseph : Et c'est pour ça que vous attaquez une
banque.
Mouettes
Quand vers la fin du film (plan 177) Joseph ne se résout pas à la rupture
il précise bien "Il n'y avait pas le bruit de la mer avec". Or ici nous avons
bien le bruit de la…
…Mer
Carmen : Plus tard, plus tard. Quand mes amis
seront là, je vous expliquerai. Je téléphone
encore demain et puis je vous expliquerai. On a
le temps. Poussez-vous maintenant.
Joseph : (off) Non, tout de suite, expliquez-moi.
Carmen : Et si je vous disais de vous tirer
maintenant.
Joseph : (off) Non.
Carmen : Je vous attire ?
Joseph : Oui.
Carmen : Peut-être…
SEQUENCE 12a
(Chapitre 7dvd)
(00.32.58)
N°96
Carmen: (o ff) … moi aussi.
Le changement de plan se fait synchrone sur "Moi aussi". C'est rare dans
ce film, et toujours significatif, comme on le verra entre 97 et 98.
Mes. 24 - 57
Mouettes
Comme il a déjà été dit, il existe une relation étroite entre l'évolution de
la passion qui se joue entre les deux personnages et les différentes
P.Carmen
29
26/01/09
Plage à marée basse
imageries de mer. Il suffit de rapprocher les plans 90 –- 92 et 94 avec
celui-là.
N° 97
Le Quatuor (Q 10)
(00.33.12)
(ce sera la plus longue intervention)
Sur Claire, visiblement émue.
Sent-elle ce qui se passe là-bas?
(Mes. 26)
1 er Violon : Pousse…un, deux…monte…plus
rien…tire…et vibre.
Si les termes employés par le 1 er violon correspondent à la situation
musicale, on peut aussi les entendre comme un commentaire érotique.
N° 98
(00.33.39)
Le Quatuor (Q 10 suite)
sur 1 er et 2d violons.
On a l'impression de ne pas être dans le
même espace.
Le changement de plan synchrone au changement d'allure musicale le
fait ressentir comme un point-pivot; les prémices de l'amour "basculent"
(comme une décision prise) sur la réalité de l'amour.
(Mes. 115 et suiv.)
La partition indique: "sentant une nouvelle force…"
N° 99
Carmen et Joseph debout devant la fenêtre.
Mer
N° 100
Le Quatuor
suite 98
(Fin de la Mes. 138)
Cette brusque irruption musicale (fin de celle entendue au plan 98) vient
comme une injonction. C'est la musique qui prend les décisions!
N° 101
Carmen : Allez-y, idiot. Doucement,
doucement…
Joseph :
Carmen : C'est comme ça.
Joseph : Pourquoi est-ce que les femmes
existent?
Carmen dira (au plan 187), après la scène de masturbation sous la
douche: "Pourquoi les hommes existent?".
Mer
Le son de la mer de plus en plus lié à l'érotisme comme le long plan qui
suit.
N° 102
P.Carmen
30
26/01/09
Mer Crépuscule.Des rochers affleurent.
Mer et en-dessous, bouffée musicale à partir de
(Mes.160)
N° 103
Le Quatuor (Q 12)
GP Claire
Mer +une bouffée musicale qui rappelle le motif
d'injonction du N° 100
Claire se douterait-elle de quelque chose?
2d Violon : Attention Claire
(Mes. 168- 173)
Une indication est portée à l'entrée de chaque instrument (reprise du
Choral): "Avec beaucoup de sentiment" .
Claire : Montre ta puissance. Destin. Nous ne
sommes pas nos propres maîtres. Ce qui est
décidé
SEQUENCE 13
(00.36.07)
(Chapitre 8dvd)
N° 104
Mer Nuit
Claire : (off) …doit être…
N° 105
N° 105a
Appartement Nuit
Carmen, de dos, renverse le torse de Joseph.
Carmen, profil droit regarde Joseph.
N° 105b
Carmen profil gauche, à droite de l'image.
Claire : (off) …qu'il en soit ainsi (Cahiers
Beethoven)
Mer
Joseph se redresse brusquement.
Joseph : J'ai trouvé.
Carmen : Quoi?
Joseph : La prison… pourquoi ça s'appelle le
trou.
(00.36.24)
JLG, dans sa conversation à l'hôpital faisait déjà allusion au trou, au trou
noir (plan 26)
N° 106
Reprise 105b
Carmen : Pourquoi?
N° 106a
Long plan de mer nuit.
P.Carmen
31
26/01/09
M
Pourquoi? Tout tremble…
Joseph : (off) Qu'est ce que vous avez dit? J'ai pas
entendu.
J. dit n'avoir pas entendu alors qu'aucun autre son ne parasitait la parole.
Lorsque Carmen répète là on comprendrait qu'il entende mal……
Carmen : (off) Tout tremble: la terre…la
maison…
Ce très long plan de mer la nuit renforce l'interrogation et fait partie de
cette série de plans "méditatifs" qui permettent au spectateur de
s'interroger aussi, lui-même…
N° 107
Les cheveux de Carmen
…moi.
Ici encore, force du synchronisme entre le changement de plan et le mot
"moi" de Carmen, alors qu'on la voit de dos.
Peut-être… peut-être mon cul tremble aussi.
Le mixage de la mer suit les mouvements de balancement sur le corps de
Joseph. On vérifie ainsi, une fois de plus que le son cesse d'être
seulement "iconique" pour prendre une dimension "musicale"
Joseph : Vous avez un derrière de femme déjà.
N° 108
Carmen, profil droit.
(Mes. 18 – 24)
SEQUENCE 13a
(00.37.42)
Claire : Tout…
N° 109
Mer, nuit
…vérifier… le soir
N° 110
P.Carmen
32
26/01/09
Le Quatuor (Q 12)
Claire seule, devant son pupitre, ne joue
pas.mais annote sa partition.
Claire : Et les nuages…
(00.38.18)
les nuages feraient-ils voir des torrents de vie ?
Ces nuages que nous verrons très bientôt au plan 116.
(CHAPITRE 9dvd)
N° 111
(00.38.31)
Appartement Jour
Joseph, nu, ouve la fenêtre et va sur le
balcon puis en revient et s'effondre,
littéralement, sur les jambes de Carmen.
Mer lointaine
Joseph : Quand j'irai en prison, vous m'écrirez?
Carmen : Pourquoi vous iriez, y a rien de perdu.
Joseph : Vous m'écrirez?
Extinction du son, silence, puis remontée de la
musique.
(Mes.27- 28)…
…au moment où Joseph commence à se
relever.
N° 112
N° 113
Mer, Jour.
Au loin deux bateaux vont se croiser
Suite de 111
Le son de la mer entre en suivant le mouvement
de tête de Joseph
N° 114
P.Carmen
33
26/01/09
Mer Jour. Les deux bateaux s'écartent.
(Mes. 29 – 33)
L'enchaînement des plans 111 à 114 appelle à réflexion.
On dit que pour les amoureux le temps s'arrête.
C'est ce qui se passe ici (souligné par l'interruption de la musique entre
Mes 28 et Mes.29).
On devrait retrouver Joseph debout au plan 113, et les bateaux plus
éloignés l'un de l'autre au plan 114.
C'est le temps figé de la sidération.
Symbole amoureux, ces bateaux (comme certains métros) qui se
croisent?
N° 115
Carmen et Joseph mains contre mains.
On remarquera la relation des gestes avec les accents musicaux.
N° 116
Lune derrière les nuages
La musique s'éteint sur le bruit de mer qui
débordera sur le plan suivant pour s'arrêter
brusquement. .
"Ces nuages feraient-ils voir des torrents de vie" disait Claire au plan
110!
Ce plan était déjà exposé dans le Générique quand Carmen (off) disait
"…ne devrait pas s'appeler Carmen"
Assez long, on peut le considérer comme une ponctuation de tout
l'épisode précédent. et aussi comme une méditation sur cet épisode.
SEQUENCE 14
(00.39.40)
N° 117
Cuisine Appartement
Carmen et Joseph.
Carmen : Et toi? Hé!
Joseph : Moi, si je réfléchis, j'ai pas d'amis et pas
d'amies.
Carmen : Ooh…
Joseph : Ah si, je connais une fille, elle est trop
différente… La solitude m'a forcé à faire de moi-
même pour moi un compagnon.
La grande banalité de cette phrase commence à ternir la personnalité de
Joseph; à l'amoindrir.
Carmen : Tu sais, j'ai… J'ai vrai… vraiment cru
que tu allais pas me détacher. Il y a longtemps
que je n'ai pas eu ce genre de peur.
N° 118
P.Carmen
34
26/01/09
T'as fait des études?
Cette interrogation sur les études, déjà exposée par la voix de Carmen au
plan 6, nous la retrouverons dans la bouche de Jacques, le chef de bande,
au plan 160.
Les études, le Travail (des bandits, du Quatuor, du spectateur) sont aussi
un des thèmes du film.
Joseph : Non, pas vraiment.
Carmen : Et c'étaient tes parents qui n'avaient pas
de quoi, ou toi qui voulais pas?
Joseph : Mes parents n'étaient pas assez riches, et
puis moi je voulais pas non plus.
Carmen : Pourquoi?
Joseph : C'est pas que je veux pas, mais on en a
jusqu'à demain si je t'explique. Et puis moi, il
faut que je m'explique; moi d'abord, tu vois?
Carmen : Oui, je vois. Et avec Jacques, ça sera
difficile si t'as pas fait d'études.
Après une remontée soudaine le bruit de la mer
réapparaît doucement.
Joseph se souvient…
Mais j'essaierai…Et puis il y a aussi cette
histoire de police.
Après une remontée soudaine l e bruit de la mer
cesse brusquement…
…comme si ce silence soudain ramenait Joseph à la réalité de sa
situation.
Joseph : C'est pas un peu grâce à ça qu'on est
tombés dans les bras l'un de l'autre?
Carmen : Justement.
Joseph lui caresse le ventre et le sexe.
Joseph : T'as vraiment un derrière de jeune
fille
(15 ème Quatuor 3 ème mvt. Mes.184)
N° 119
P.Carmen
35
26/01/09
Raccord à 180°
Au premier plan, les cuisses nues de Carmen
laissent voir son sexe.
GP Carmen de face.
de femme aussi.
(00;41.41)
Que disait Joseph au plan 107? mais alors Carmen était de dos.
Carmen : Tu sais, Joe.
Joseph : (off) Joseph.
Carmen : Je te le dis clairement: si je t'aime, t'es
fichu.
Allusion à la Carmen de Bizet "Et si je t'aime, prends garde à toi.."
Joseph : (off) Oui, Carmen.
Carmen : Comment ça s'appelle?
Joseph : Quoi?
Carmen : Il y a quelque chose avec les innocents ,
là… et puis les coupables, là … et puis… et
puis, je sais pas.
Phrase du Générique (N°6), reprise par JLG (N°28) et qui clôturera le
film (N° 227). Et puis l'insistance sur la préposition de lieu "là" dont
l'ambiguité avait été soulignée au début du film.
Joseph : (off) Moi non plus
N° 120
Carmen tient la main de Joseph entre ses
cuisses.
La figure triangulaire du pubis est nettement
perceptible…
La musique en est à la mesure 192, point
culminant de cet épisode musical.
N° 121
…celle-là même d'un des deux rochers
recouverts violemment par des vagues.
La musique cessera au milieu du plan,
submergée par le bruit de la mer.
L'image précédente ne peut que nous conduire à comprendre ici une
métaphore de l'orgasme. C'est aussi le point le plus tendu, le plus intense
du fragment musical qui l'accompagne et que nous retrouverons lors des
retrouvailles de Carmen et Joseph au plan 148.
SEQUENCE 15
(Chapitre 10dvd)
N° 122
(00.42.55)
P.Carmen
36
26/01/09
Extérieur Jour.
GP de carmen, les cheveux agités par le vent.
Elle parle à quelqu'un mais on ne comprend
pas ses paroles.
Le bruit de la mer se poursuit jusqu'à un dernier
souvenir de la partie lente du 3 ème mvt (Mes 198)
Puis Mouettes
Arrive Jacques (le chef du quatuor des bandits)
Qui murmure quelquechose à l'oreille de Carmen
Ce qui fait dire à l'Inspecteur de Police, arrivé sur les lieux:
Inspecteur : Fini les rêves, on redescend sur terre.
Mais c'est peut-être aussi ce que le chef des bandits dit à l'oreille de
Carmen.
La phrase est valable dans les deux cas!
( XV, 4 ème Mvt. Mes.3)
Concert de Mouettes, déchirant.
Toujours le "souvenir" par le son
N° 123
La voiture de police. Joseph aux mains des
gendarmes.
Inspecteur : Allez, hop, dedans !
N° 124
Joseph dans la voiture
J oseph : La lumière des justes…
N° 125
PR Inspecteur
… brillera éternellement , la lampe des méchants
s'éteindra. Proverbe 13-6.
Inspecteur : Mon vieux, la police est à la société
ce que les rêves sont à l'individu. Allez, allez,
dans le coffre.
Gendarme : Vous exagérez, chef.
Inspecteur : Allez, allez…
N° 126
… allez, les enfants
Le coffre, ouvert, de la voiture dans lequel
on pousse Joseph.
Il est "coffré"!
Souvenir encore: (XV, 3 ème Mvt,)
N° 127
Plan frontal de la mer.
Souvenir par l'image, cette fois.
.
N° 128
P.Carmen
37
26/01/09
Jacques arrive en courant vers la voiture où
se trouve déjà Carmen
Jacques : On a assez attendu, pousse-toi.
N° 129
(XV. 3 ème Mvt. Mes 192-194)
Souvenir de ce fragment musical commun à l'orgasme et aux
retrouvailles.
Avocat Général : (off) Il était payé pour protéger
l'argent des citoyens.
Tuilage, par la parole de l'Avocat Général du "Tempo Primo" avec le 2d
Tempo, les deux grands volets du film.
2d Tempo
(00.44.09)
N° 130
Tribunal Intérieur Jour
Avocat Général : Il n'a pas fait son travail.
Aujourd'hui, il doit sa dette à la société.
Avocate : La société: la Société Générale oui,
l'argent des grandes banques. L'argent du
pouvoir, merde, dites la vérité.
Procureur: Faites la taire, Monsieur le Président.
Avocate : Non je ne me tairai pas. Il a eu raison.
La jeunesse choisit toujours l'amour contre
l'argent.
Procureur: Faites la taire, Monsieur le Président,
la parole est à l'accusation.
Avocat Général : L'homme de bien s'attire la
faveur du Seigneur.
Machine à écrire
Qui n'est pas sans rappeler celle de JLG dans sa chambre d'hôpital
Avocate : Une audace au repos…
Procureur: La parole est à l'accusation.
Avocate : … et amoureuse du danger…
Avocat Général : …les justes…
Avocate : On la voit dans un regard…
Avocat Général : … les méchants…
Avocate : … une démarche, un sourire…
Avocat Général : Proverbe 12-32…
Avocate : et c'est en vous…
P.Carmen
38
26/01/09
Plan de Mer Nuit
Procureur: La parole est à l'accusation.
Avocate : Car cette violence est un calme…
Carmen : (off) Bon, tu veux que je t'explique…
Avocat Général : …et la raison des justes…
Carmen : (off) On va enlever un type.
N° 131
00.44.06
Cuisine Appartement (même axe mais plus
éloigné). Une "distance" s'instaure.
Le début du dialogue de Carmen dans la cuisine de la Villa que nous
avons découvert aux plans 117 et suiv. se superpose, à la fin du plan
précédent, à la voix de l'Avocat.
Que veux dire ce retour en arrière?
Que Joseph repense à cet instant au derniers moments avec Carmen?
Peu dans la manière de Godard…..
Joseph : Enlever un type?
Carmen : Oui, un industriel. Tous les vendredis
soir et samedis soir, il vient jouer ici, au casino.
On hésite entre lui et sa fille.
Joseph : Pourquoi pas les deux?
Carmen : On est pas assez, on est que quatre.
Quatre bandits, quatre musiciens.
Et puis c'est pas moi qui décide .
Procureur: (off) La parole est à l'accusation.
Avocat Général : (off) La voix criminelle recèle
un piège funeste, mais le juste échappe à
l'angoisse.
Avocate (off) : Joseph Bonnafé a des traits
délicats, mais d'une violence extrême…
Remarquez le pseudo-synchronisme de la voix de l'Avocate avec le
mouvement des lèvres de Carmen.
Preuve qu'il s'agit ici d'un temps virtuel "simultané" (Tribunal-Cuisine);
après que nous ayons déjà expérimenté le temps "retourné" (la Banque),
et le temps "arrêté" (Appartement Trouville)
… Cette délicatesse surtout…
N° 132
Tribunal
Joseph, à la barre.
…est violente.
Avocat Général : Le fou droit son comportement
mais qui écoute un conseil est un sage. Proverbe
11-17
Joseph : Le fou laisse éclater sur l'heure sa colère,
l'homme prudent…
N° 133
P.Carmen
39
26/01/09
Joseph : (off) … avale l'injure.
Avocat Général: (off) Proverbe 13-17
Procureur: (ensemble, off)Proverbe 13-17.
C'est le son qui poursuit la simultanéité des temps.
Au plan 139 JLG, tel un clapman, annoncera "17 sur 1 sixième".
1 X 6, c'est ce qu'on peut lire sur la boite de filtre à café au centre de
l'image.
Autrement dit, ces indices nous annoncent le futur discours du
producteur JLG!
Joseph : C'est lui qui fait du cinéma.
Carmen : Non, le film c'est une idée à moi. Je leur
ai proposé de faire comme Dillinger.
J'avais…J'avais lu une bande dessinée… Il avait
attaqué une banque tout en faisant semblant que
c'était… un tournage de film… alors avec tous
ces trucs de vidéo partout… J'ai..j'ai pensé
que…ça peut faire normal. Et puis j'ai pensé à
mon oncle après? C'est un metteur en scène
célèbre, il fait plus de films, il est malade,
enfin…Je ne sais pas exactement… je suis allée
le voir à l'hôpital, et je lui ai fait croire qu'on
allait lui financer un film. Il était amoureux de
moi quand j'étais petite… enfin je sais pas…
j'imagine… dans la famille j'étais… j'étais sa
préférée, il voulait tout le temps me faire
tourner… je voulais pas.
Quelques frappes de machine à écrire
Président : Allez…
N° 134
Tribunal.
Joseph et son avocate sortent
Président : … déjeuner
Huissier : Allez, déjeuner…déjeuner.
Clin d'œil aux habitudes de tournage au moment de l'arrêt du déjeuner.
Inspecteur : Vous n'allez pas libérer ce paysan.
Président : Pourquoi pas?
N° 135
Le Quatuor ( )
Que, pour la première fois, on voit sans l'entendre.
Il disparaît donc (visuellement) du film, pour ne réapparaître qu'à la
dernière séquence, et cette fois, intégré à l'action.
Claire, l'altiste est absente, et l'on va comprendre pourquoi
au plan suivant.
Présiden t : (off) …avec une bonne caution.
P.Carmen
40
26/01/09
Cuisine Appartement
Le dos nu de Joseph.
Toujours dans une position inférieure à celle
de Carmen.
Avocat Général : (off) Juste un petit moment,
Monsieur le Président.
Mouettes
Ce n'est plus Beethoven que joue le Quatuor mais la musique des
mouettes
Inspecteur (off) Ah vous faites chier, vous les
juges, on se crève le cul à vous trouver des
coupables, et …
N° 136
Cafétéria Tribunal
Claire, à une table, en face de Joseph.
Le climat de cette scène est à rapprocher de la conversation dans la
voiture, au sortir d'une répétition, entre Claire, son frère et Joseph (plan
35).
D'ailleurs…
Silence de ponctuation
L'ambiance revient en fade in.
Père: (off) Ca va s'arranger.
Claire : Hé, où êtes-vous?
Joseph : Etre ou ne pas être … C'est pas
vraiment une question.
Claire : Elle a vraiment de l'importance pour vous
cette femme?
Joseph : C'est drôle à dire, mais il y a quelque
chose de tabou, une sorte de force qui nous
pousse…la marée monte.
Claire : Elle descend aussi. Je vous aiderai. Vous
voulez bien?
Frère : Mais oui, il veut bien.
(00.47.53)
Père : Vous pouvez habiter la maison quelques
jours.
Même genre de conversation qu'en voiture au plan 35…
Claire : Dis-lui papa.
Père : (off) Je vous ai trouvé du travail à la
SNCF.
Huissier : (off) Allez, allez, ça va, les affaires
reprennent.
Claire : Tu veux bien?
L'avocate s'avance vers eux
Avocate : Je crois que ça va marcher.
(00.48.15)
J'avais oublié quelqu'un m'avait donné ça pour
vous.
N° 137
Joseph ouvre l'enveloppe blanche et en
retire une rose rouge. ( cf n° 33)
P.Carmen
41
26/01/09
(00.48.29)
… en voici la preuve.
Mais c'est aussi, sans doute, une allusion à "la fleur que tu m'avais jetée"
(Carmen de Bizet)
N° 138
(00.48.32)
Bar Intérieur Nuit
Flipper (cf N° 16)
Carmen : Un JB
Gregory : Ton révolver, tu l'avais oublié.
Bertrand : Heureusement qu'on pense pour toi.
Carmen : Fous-moi la paix. Y'a toujours rien?
Christine : (off) Rien, rien.
(off) on sifflote "La Habanera" de la Carmen de
Bizet.
On apporte à Carmen un verre de Whisky.
SEQUENCE 17
(Chapitre 11dvd)
N° 139
(00.48.54)
Croissanterie. Jour.
L'ambiance du plan précédent se fond sur celle
de celui-ci.
Là encore, le temps du récit est manipulé car nous retrouverons Carmen
dans la même position qu'au plan précédent (nuit) avec Jacques, en plus.
Comme s'il revenait de la scène qui suit (jour).
Christine : Je pourrais avoir un café
Jacques (chef des bandits) s'installe à une table.
Puis arrive JLG .
.
Jacques : Ah, très heureux, Monsieur Godard.
Maintenant (pour détendre le spectateur!) un brillant numéro d'acteur
(JLG) ayant le cinéma pour thème.
JLG : Dix-sept sur un, sixième.
Il s'agit bien de la Séquence 17 du film Prénom Carmen et du Proverbe
13- 17.
Et puis, rappelons-nous le filtre Mélita (1 X 6) posé sur la table de la
cuisine.
Le Président Mao a dit: il faut avoir les chiffres
en tête.
Rappel à la mémoire du spectateur?
On l'a bien oublié, hein celui-là, pourtant c'était
un grand cuisinier.
P.Carmen
42
26/01/09
Jacques : Ah oui.
JLG : Ben oui, il a donné à manger à toute la
Chine.
Jacques : Il faut que je vous parle de notre affaire.
JLG : Mais Carmen, elle est pas là. Pas là, pas là.
Jacques : Elle ne viendra pas… elle ne…elle ne
travaille pas très bien en ce moment.
JLG : Ouais, ouais elle est amoureuse.
Jacques : Exactement.
JLG : Amoureuse.
Jacques : mais je sais pas qui.
JLG : Amoureuse.
Jacques : Vous voulez des brioches?
JLG : Je veux bien.
Jacques : S'il vous plaît, des brioches pour mon
ami.
JLG : Ah la la, quelle bande d'ordures, hein ces
jeunes, ils ont pas inventé la cigarette pas le blue-
jean, rien.
Jacques : Ils ont inventé le chômage.
JLG : Pas vraiment, en tout cas ils l'ont pas
cherché…
Jacques : Il faut…
JLG : Faut chercher, hein… Van Gogh a cherché
un peu de jaune, quand le soleil a disparu. Faut
chercher mon vieux, faut chercher.
Jacques : Oui, il faut que je vous parle de notre
affaire, venez un peu par là.
JLG : Faut chercher.
Jacques : On est en haut.
N° 140
A l'étage du Café.
Les deux hommes s'assoient à une table.
L'infirmière-secrétaire-script apporte des
brioches.
Remarquer l'effet de glace dans la sortie de l'infirmière.
On la voit dans le reflet de la glace, qui va prendre des notes (comme
une script).
JLG : En tout cas, je me réjouis beaucoup de
refaire un film dans un…dans un casino. Ca me
fera…ça me fera une madeleine.
Jacques : Ah bon.
JLG : Il y a trois ans quand je dirigeais Marlène
Dietrich et Ludwig Beethoven à Nice, j'étais
producteur à ce moment-là, j'étais associé à…
avec Robert Dorfman
Allusion à un célèbre producteur de l'époque.
P.Carmen
43
26/01/09
…et puis y avait pas d'argent pour payer les
ouvriers, alors on a joué la paye des techniciens
et des acteurs, on a perdu. J'ai été renvoyé du
cinéma…cinématographe. Mais je vais prendre
ma revanche. C'est pour ça quand… ma nièce
m'a parlé de votre projet, j'ai accepté.
Jacques : Justement, il faut que je vous dise… ça
se fait à l'hôtel Intercontinental; ça se fait à Paris,
maintenant, ça se fait à l'Hotel Intercontinental;
c'est… c'est plus à la mer.
JLG : Tant mieux! Est-ce que je peux vous poser
une vraie question?
N° 141
Chgt. d'axe.
Le reflet de la script qui était à gauche de
l'image se trouve maintenant à droite.
Jacques : Je vous en prie.
JLG : C'est pas vrai votre histoire.
Jacques : Qu'est-ce que vous voulez dire?
JLG : Ce documentaire, c'est de la fiction,
j'espère.
Jacques : Oui, oui, exactement.
JLG : Tant mieux. Et pour l'argent, on fait
comment?
Jacques : Vous voulez combien?
N° 142
Retour à l'axe de 140
JLG : Million, trois cent vingt sept
mille…centimes.
Jacques : Ca va, je vous ferai un chèque… Bon
ben on s'est tout dit, je crois… Carmen et moi on
vous téléphone.
JLG : Hé, votre dialogue n'est pas fini. Est-ce
qu'il y aura une habilleuse? J'ai déchiré mon
…mon manteau, en sortant du métro.
Jacques : Ne vous en faites pas…je vous ai dit,
vous verrez, on est des professionnels…Bon, faut
que j'y aille… je vous appelle un taxi? A la
semaine prochaine, on vous réléphone.
L'infirmière-script revient vers la table par la
droite alors que nous la supposions (reflet) à
gauche
JLG : Quelle est la… la nature de la …crise
actuelle? On vit dans des économies de merde,
des économies qui produisent des… des déchets.
Le capitalisme classique avait pour mission de
produire les meilleurs des biens possibles. Dans
le monde moderne, aujourd'hui, c'est pas possible
de faire faire des bénéfices parce qu'il y a la…la
formidable puissance des machines. Les
P.Carmen
44
26/01/09
machines se sont mises à produire… des biens
qui ne correspondent à aucun besoin, depuis les
bombes atomiques jusqu'aux gobelets en
plastique. Personne a besoin.
C'était une sorte d'"intermède" un peu burlesque; un moment de repos
avant la reprise du récit.
N° 143
(00.53.25)
Berges de la Seine Nuit
Deux métros se croisent.
C'est l'annonce des retrouvailles de Carmen et Joseph.
JLG : (off) …d'une bombe atomique…
De nouveau le bruit du flipper (plan 138) qui
empiète sur le plan.
ni d'un gobelet en plastique.
Infirmière : Oui.
N° 144
Bar Intérieur Nuit.
Carmen est dans la même position qu'au plan 138Quand se situe
l'entretien JLG-Jacques?
Est-ce maintenant un temps "perdu"?
Jacques : Où est-ce que t'étais?
Carmen : Ca te regarde pas.
Jacques : Si tu veux. Moi, je te regarde, regarde-
moi.
Type de dialogue (à charnières) cf.N°153,
J'ai vu ton oncle. Christine, une petite côte, s'il
te plait! Je crois toujours pas que c'est une
bonne idée…
Il ne croyait déjà pas quand carmen est sortie de l'hopital au plan 31.
D'ailleurs on sait même pas si c'est le père ou la
fille.
Bertrand : Ah bon, vous savez pas encore?
Carmen : Ne l'écoute pas, il décourage toujours
tout le monde.
N° 145
P.Carmen
45
26/01/09
GP Carmen ½ profil droit.
Jacques : Tiens, au fait Bertrand, t'as vu l'avocat
pour les chèques?
Bertrand : Oui d'après lui, plutôt que de faire des
faux chèques il vaut mieux faire des vrais
chèques, mais sur une fausse banque.
Jacques : Oh c'est trop compliqué pour moi ce
soir, je vais me coucher. Tu viens?
(15 ème Quatuor 3 ème mvt. quelquechose qu i
ressemble à la mes.198 ).
Souvenir de Trouville ou prémice "rapproché" du plan 148
Carmen : Je sais pas.
N° 146
Mr et mme Vidéo
Carmen :Bonjour, bonsoir.
Miss Vidéo : Bonsoir
Carmen : Tu me donneras l'adresse de ta robe.
Jacques : Alors tu viens? Viens…
N° 147
Sortie Garage
Jacque s: Ecoute-moi bien maintenant, écoute-
moi.
Carmen : Laisse-moi décider moi-même.
La voiture bleue sort du garage
(XVème, 3 ème Mvt, Mes.189-192)
C'est ce fragment musical bien connu maintenant (acmé de leur amour)
qui les fait se rencontrer à nouveau.
N° 148
Carmen tape à la vitre de la voiture pour se
faire ouvrir puis ressort brusquement ayant
aperçu…
Carmen: A demain.
…Joseph dans les bras duquel elle se jette.
Sonnerie de téléphone.
Dans la même tonalité que la dernière note de
Beethoven
Tuilage sonore entre les deux plans
SEQUENCE 18
(Chapitre 12dvd)
(00.55.18)
N° 149
P.Carmen
46
26/01/09
Suite Hotel Intercontinental Jour
C'est le dernier acte, celui de la chute de l'amour, dominé par la couleur
jaune, comme celui de l'amour l'était de la couleur bleue.
2 ème sonnerie
Rumeur ville
Carmen répond au téléphone.
Carmen : Oui
Joseph : Ca y est.
Carmen : A tout à l'heure, je t'embrasse.
Frappe du couteau sur la table de verre.
Comme JLG le fera plus tard dans la dernière scène.
Carmen: Ca y est .
Joseph : Faudra que je fasse quoi, exactement?
Carmen : Je t'expliquerai. On t'expliquera.
N° 150
Carmen se dirige vers la cheminée.
Joseph : J'aime bien; on caresse des projets et je
te caresse.
Carmen : T'as déjà oublié ce que je t'ai dit.
Joseph : Non quoi?
Carmen : Dans ce film américain quand elle
disait: "If I love you, that's the end of you"
Il s'agit du film d'Otto Preminger: "Carmen Jones".
Dans l'opéra de Bizet: "Et si je t'aime, prends garde à toi"
T'as encore envie?
Joseph : Oui, oui.
Carmen : Est-ce que ton cul est propre?
Joseph : Moi oui… et toi?
Carmen : Moi, non
Joseph : Et si je te mets les doigts dedans. (cf
N°21)
N° 151
GP Carmen
Carmen : Et qu'est-ce que ça ferait…c'est pas
nous la merde… C'est le monde. Oh Joe
Joseph : Joseph.
Carmen : C'est quoi? Ce qui vient avant le nom .
Joseph : Le prénom.
Carmen : Non, avant, avant qu'on vous appelle.
Joseph : Je vois pas.
La réponse à cette question sera donnée par Joseph au plan 175.
Carmen : Souvent que… je me dis que j'ai pas
grand-chose à faire avec toi.
P.Carmen
47
26/01/09
Au fond cette phrase est prémonitoire de la fermeture de la relation telle
qu'elle est exprimée en M6
On frappe à la porte
C'est ton costume.
N° 152
Une femme de chambre apporte un costume.
Sur la porte ouverte de la chambre on aperçoit son numéro: 2063
Au plan 161 Carmen dira à Joseph: "Je t'ai attendu deux , plus.. Soixante
jours ça va mais pas soixante-trois ou soixante quatre.
Carmen : Mettez ça là.
Joseph : Alors, mon rôle, c'est quoi?
Carmen : Ce soir, ce soir.
Joseph : Qu'est-ce que je vais foutre ici toute la
journée? Qu'est-ce que je vais foutre?
Carmen : Maintenant je sors. Je suis en retard.
N° 153
Carmen devant le lit défait.
Joseph : Qu'est-ce que je fais? Réponds?
Carmen : Trouve… moi. Trouve-moi jolie. Tu me
trouves jolie?
Dialogue comme improvisé où le sens se modifie par addition.(dialogue
charnières)
Joseph : Tu sais bien. Tu sais bien.
Carmen : Mais voilà, pense à ça sérieusement.
Déjà, elle refuse le baiser.
Allez, à ce soir. Si on se voit pas ce soir,
demain.
Joseph : Tu viens de dire ce soir.
Carmen : J'ai du travail, du travail.
Joseph : Et moi… et de l'argent.
Carmen : Pense à ça aussi.
Joseph se lève brusquement pour allumer un
poste de télévision (off) qui montre un…
N° 154
…Plan de mer.
Sans doute est-ce à cela qu'il pense; à cet amour qui se perd.
Bruit confus de la mer qui se fondra dans le plan
suivant avec le bruit de circulation.
N° 155
(00.59.07)
Nuit, extérieur Hotel Intercontinental.
Jacques sort de la voiture de Miss Vidéo et
se dirige vers l'hotel
N° 156
P.Carmen
48
26/01/09
Hôtel Intercontinental Nuit.
Dans un couloir.
Le reflet dans la glace ovale.
C'est un vrai tableau.
Ambassadeur : Dasvidania.
"Au revoir" en polonais.
Femme : Errant comme elle…
Ambassadeur : Ca y est, Héloïse, on a signé. On
dîne demain à l'Elysée.
Femme : Je t'aime, je t'aime.
Ambassadeur : Tu viens, ma chérie.
N° 157
Suite Intercontinental Nuit
Joseph : Allez, ça va, ça va! L'autre lit, ça suffit!
La détérioration de la relation se poursuit….
Femme de Chambre : Oui, Monsieur.
Joseph : Ca va, ça va. Ben ça va, je vous dis.
Allez, allez..
Christine (off) Au secours, au secours!
SEQUENCE 19
(01.00.22)
N° 158
Une autre pièce de la Suite.
C'est le premier plan où l'on voit l'ensemble du Quatuor des bandits.
Joseph : Ah, fous-moi la paix!
Gregory : Salut
Joseph : Salut.
Christine : Bonsoir, beau légionnaire.
Bertrand :Monseigneur
Joseph : Carmen est pas là
Bertrand : Do ré mi fa sol la…
… que nous avons déjà entendu au début du film .
Joseph : Petit con, va!
Jacques : C'est pas fini, non. Carmen est là. C'est
pas encore fini! Un peu vite, là!
Grégory : Qu'est-ce qu'on fait des armes?
Jacques : Sous les coussins. Dans les hôtels, on
fait jamais sous les coussins.
Silence
Comme en musique; entre deux périodes musicales.
N° 159
Joseph dans l'encadrement de la porte de leur
chambre.
Il est déjà seul, "jeté".
Joseph : Il y a longtemps que vous êtes là?
P.Carmen
49
26/01/09
Carmen : Je suis rentrée à cinq heures, je t'ai
attendu.
Joseph : J'étais en bas.
Carmen : Il faut que je ressorte maintenant, j'y
peux rien.
Jacques : On a du travail.(off) Bon, allez, c'est
fini maintenant, on a pas le temps. Ca pour le
garage, ça pour le standard, ça pour les cuisines.
Christine (off) Et les femmes de chambre?
Jacques : (off) Rien, zéro.
Joseph : Et moi, mon travail, pourquoi vous ne
me faites rien faire?
Jacques : Je regrette, mon vieux. Carmen est
d'accord..
N° 160
Dans la chambre
Au fond l'écran de télé, allumé mais sans
image.
Jacques : Pour toi. On est des professionnels.
Carmen : Hé, je pourrai garder la robe?
Jacques : On verra.
Vous avez fait des études.
Thème déjà exposé au plans 6 et 118
Joseph : Non, pas vraiment.
Jacques : Ben voilà.
Gregory : (off) Arrêtez de vous branler là-dedans,
grouillez-vous!
Jacques : Du calme, du calme, j'arrive Monsieur
Grégory.
Dépêche-toi
Carmen : J'arrive, j'arrive.
N° 161
Carmen, assise sur le lit.
Joseph: (off) Tu arrives pas, tu pars.
Carmen : Je t'ai attendu deux mois, plus…
Soixante jours ça va mais pas soixante trois ou
soixante quatre…
Le N° de la Chambre au plan 152
Oui, ici ça va. Ca va?
La répétition change le sens.
Valet : Oui, je vous remercie, Mademoiselle.
C'est l'ange de la mort qui sera à coté de Carmen mourante, à la fin du
film.
N° 162
Joseph, dans un fauteuil.
Joseph : Tu le sais bien, j'avais honte.
P.Carmen
50
26/01/09
Carmen : (off) Peur, pas honte, peur.
Vous avez peur des fois, vous?
Valet :(off) Jamais, Mademoiselle.
Carmen : Allez, au revoir maintenant.
1 ère sonnerie de téléphone
Valet : Au revoir, mademoiselle.
2 ème sonnerie de téléphone
Fermeture de porte
Berges de la Seine Nuit
Deux métros aériens s'étant croisés,
s'éloignent l'un de l'autre.
Symbole de l'éloignement puis de la rupture.
3 ème sonnerie de téléphone
Introduction orchestrale de la Chanson de Tom
Waits en fade in.
Dimension "théatrale" tout d'un coup:
Les trois sonneries = les trois coups avant le lever du rideau
Les métros = ouverture du rideau.
Et, très "mixage cinéma" le début en ouverture fondu de la chanson de
Tom Waits
SEQUENCE 20
(Chapitre 13)
N° 164
Cut au plan: attaque de la voix.
Ce plan est un des plus lyrique de l'histoire du cinéma.
Son effet sur le spectateur (sur la chanson de Tom Waits) est d'une très
grande force émotionelle.
C'est l'image de la douceur terrible de la détresse.
La neige de l'écran, c'est aussi la mer perdue que Joseph veut prendre
dans sa main.
Traduction approximative du texte de la chanson.
Je laisserai tous les vêtements que je portais quand j'étais avec toi;
Je ne garderai que mes" bottines de train" et mon blouson de cuir;
Je dis au revoir aux bras de Ruby bien que cela me fende le cœur..
Je vais traverser tes rideaux car bientôt tu vas t'éveiller.
La lumière du matin a baigné ton visage et tout devient bleu;
maintenant accroches-toi à ton oreiller.
Il n'y a rien que je ne puisse faire maintenant que j'ai dit "au revoir" aux
bras de Ruby.
Tu trouveras un autre soldat et je jure sur Dieu qu'il s'en trouvera un
autre qui ne t'abandonnera pas.
Je ne prendrai que l'écharpe sur ton sèche-linge, je dépasserai ta
commode et ta pendule à carillon que le vent a cassé comme je te disais
"au revoir", comme si je disais "au revoir" aux bras de Ruby.
P.Carmen
51
26/01/09
Main noire sur écran téléviseur (neige)
J'irai à tâtons dans le hall obscur et dehors, au petit matin, les clochards
ont juste gardé leurs feux allumés, bon Dieu, satanée pluie, quelqu'un me
mettra-t-il dans le train.
Je n'embrasserai plus jamais tes lèvres et ne te briserai plus le cœur.
Comme je dis "au revoir", je dirai "au revoir" aux bras de Ruby.
Il faut remarquer que la situation décrite dans la chanson est exactement
le contraire de ce que vit Joseph.
N° 165
Suite Intercontinental Jour
Joseph affalé sur le téléviseur.
Suite chanson.
N° 166
Plan plus large.
Entrée de Carmen qui allume la lumière….
Carmen : Il faut arrêter de m'emmerder,
maintenant.
… puis se dirige vers la fenêtre.
Quand elle ouvre doucement les rideaux, on
entend…
…morning light has washed your face.
"La lumière du matin a inondé ton visage et.. ".
C'est une véritable chorégraphie où le geste suit la musique.
Joseph s'effondre à ses pieds
…tout devient bleu .
N° 167
GP de Carmen qui regarde Joseph sur le
sol…
…qui se relève à la hauteur de Carmen,
synchrone avec…
…now (maintenant)
Le synchronisme de ce mouvement avec la musique est bien d'ordre
chorégraphique.
Sur le baiser, on entend…
…there's nothing i can do now as i say goodbye
to Ruby's arms.
(il n'y a rien que je puisse faire maintenant que
j'ai dit au revoir aux bras de Ruby).
C'est bien ce que nous montre l'image.
N° 168
Carmen se déshabille pour se mettre au lit
Suite chanson qui reprend la dernière phrase.
La nature du son a changé; ce n'est plus le son rond du mixage, mais un
son plus aigrelet, comme venant d'un haut-parleur dans la pièce.
Il y aura maintenant alternance de ces deux natures de son suivant
l'attitude (agressivité ou reste de tendresse) de Carmen
P.Carmen
52
26/01/09
Carmen : J'ai sommeil
Joseph : Où est-ce que t'étais?
Carmen : Demain, demain…manana.
Joseph : Hé, c'est maintenant demain.
Carmen : J'ai sommeil.
Joseph : Méfie-toi, je veux bien être con, mais
t'exagères un peu, ma fille.
Carmen : Lâche-moi, j'ai envie de dormir. Toute
seule…
Carmen éteint la lumière.
Le son redevient "rond".
toute seule.
N° 169
Carmen passe dans une autre pièce. Joseph
la poursuit puis Carmen entre dans la pièce
où se trouve la télévision. Joseph y entre à
son tour.
Reprise de la dernière phrase musicale entendue
dans le plan précédent en "son de haut-parleur".
Ces reprises de phrases soulignent bien les différences de nature de son,
témoins du conflit…
N° 170
Joseph s'assied sur un canapé.
Joseph : Il faut qu'on se parle.
Carmen : On a tout dit.
Joseph : On a rien dit.
Remarquer le changement de tonalité quand elle lui caresse les cheveux
Carmen : Demain, s'il te plait.
Joseph : C'est aujourd'hui.
Carmen : Après-demain alors, après-après-
demain.
Oui, Joe, oui.
Joseph : Et mon boulot?
Carmen : j'ai essayé… j'essaie.
XVIème Quatuor 1 er mvt Mes. 176-185.(sur la
chanson)
Et voilà que Beethoven réapparaît, bousculant la chanson de Waits qu'il
va, d'ailleurs, absorber.
C'est le dernier quatuor que Beethoven ait écrit quelques mois avant sa
mort. (Mort de Carmen annonçée dans le plan 171).
Pour la première fois, JLG utilisera des fragments des quatre
mouvements de l'œuvre.
N° 171
Carmen à plat-ventre sur le lit non défait.
Joseph : (off) C'est pas vrai.
P.Carmen
53
26/01/09
Carmen : Mais si c'est vrai, c'est vrai.
Mais c'est vrai.
Joseph (off) Je te tuerai, si tu t'en vas.
Carmen : Je te demande pardon, mais laisse-moi
dormir.
Joseph : Non.
Mes.191-193 ?
Le montage des deux musiques est fait de telle façon qu'elles se
rejoignent sur une note commune qui clôt la scène.
Cette coincidence est appuyée par le…
N° 172
Salle de Musique
le mouvement de bras de Claire.
Ce mouvement est à rapprocher de celui du plan 78.
(01.07.42)
N° 173
Pont d'Austerlitz Jour
Passage de Métro aérien, de Jour et de
Gauche à droite.
C'est, avec celui du plan 66 le seul métro de jour; métro bleu, de droite à
gauche, qui ouvrait la relation amoureuse…
M6
… ici: métro bleu, de gauche à droite, qui ferme définitivement cette
relation.
Ce sera "le dernier métro"
C'est la conjonction de ces trois évènements: arrêt de la musique sur une
note commune, mouvement de Claire, métro, qui renforce cette idée de
rupture.
N° 174
(XVIème Quatuor 2 ème mvt . Mes. 19-23
L'oscillation du bruit de la porte est relayée par la musique comme un
écho.
N° 175
Dans un couloir Joseph avance vers le valet
et le plaque contre un mur.
Joseph : Carmen, nom de Dieu .
Ca doit être ça qui vient avant.
Réponse à la question que Carmen s'était posée au plan 151.
P.Carmen
54
26/01/09
Hotel Intercontinental Jour
Joseph enfonce brutalement la porte de la
salle de bains.
Jacques : (off) Ne faites pas attention.
Joseph : Le nom de Dieu
Jacques : Ne faites pas attention.
( XVI, 2 ème mvt. Mes.59-23)
N° 176
01.08.19
Petit Salon
Jacques : Ne faites pas attention.
JLG : Nom de Dieu, si Van Gogh avait vu ce
jaune.
Il est fréquent, dans ce film, que des mots ou des suites de mots servent
de charnières à des changements de sens.
"Détachez-moi-je m'attache"
"Tirez-vous-je vous attire".
Ici c'est la série: "avant le nom"-"Nom de Dieu"-Van Gogh.
Jacques : Ah ah, oui
Infirmière : (off) J'inscris.
Parole récurrente de l'infirmière devenue résolument "script"
N° 177
Plan Ensemble du groupe
Jacques : Raccompagne-le.
On se retrouve au salon à trois heures.
Carmen : Viens, Oncle Jean
Infirmière : Au revoir.
Jacques : Au revoir madame.
JLG : (off) Qu'est-ce que c'est cette histoire de
quatuor?
Carmen : Je t'expliquerai.
Jacques : Vous inquiétez pas, on est des
professionnels.
Je regrette. Qu'est-ce qui vous prend? C'est fini
mon vieux, c'est fini pour vous, elle vous le dira.
Carmen!
Non, des brioches, des brioches.
Il semblerait que Jacques n'aime que les brioches! Cf.N° 139
Carmen entre dans la pièce
Joseph : Carmen.
Jacques : Bon, je vais m'habiller.
Joseph : Ecoute-moi.
Jacques : Fini, rideau.
(Mouettes)
Souvenir
Carmen : C'est fini.
Joseph : C'est pas ta vraie voix.
P.Carmen
55
26/01/09
Jacques : Je rejoins les autres. Ca ira?
Carmen : Oui, oui.
Joseph : Il y avait pas le bruit de la mer, avec.
Référence au plan devant la fenêtre, dans la villa.
Carmen : Va-t-en! Puisque tu ne t'en vas pas, c'est
Carmen qui s'en va.
Apportez mon café dans l'appartement d'à coté.
Valet : Oui, Mademoiselle.
(son du café qui coule dans la tasse qui vient
comme un accord conclusif)
N° 178
(01.10.10)
Hall de l'hôtel
L'inspecteur de police téléphone.
(XVI, 2èmvt, mes. 28-30)
N° 179
La Chambre.
C'est la clé, jetée brutalement sur la table qui
coupe net la musique.
Carmen gifle Joseph, qui la lui rend.
N° 180
Le valet, en veste rouge, de dos.
Puis Carmen le prend par la taille; ils sortent
du champ.
Joseph jette rageusement son veston sur le
canapé
(XVI. 2 ème mvt. Mes 62-109)
Carmen : Venez avec moi.
Enlevez votre veste, si vous voulez, et votre
pantalon aussi.
N° 181
(01.10.55)
(Chasse d'eau)
Ce plan est le premier d'un série de trois. Nous proposons au N°191 une interprétation
de ce dispositif.
N° 182
N° 183
Salle de bains.
Carmen sort des toilettes.
Joseph arrive et empoigne le valet puis se
met nu..
(action dédoublée par un miroir)
Carmen sous la douche tourne la tête. Joseph
la rejoint mais, par un habile effet de miroir
on a l'impression de deux plans différents.
N° 184
P.Carmen
56
26/01/09
Un ouvrier nettoie un lustre de l'hôtel.
Joseph se masturbe sous la douche
La musique qui en est à la Mes. 143 sera coupée
à la Mes. 174 par le bruit de la douche.
On pourrait croire que cette musique est montée en boucle! Il n'en est
rien; Beethoven l'a écrit ainsi.
Sa parfaite adéquation à l'image qu'elle accompagne ne pouvait exprimer
mieux le caractère répétitif et obstiné du geste masturbatoire!
Quant au bruit de la douche intervenant subitement, le spectateur en
tirera l'explication qui convient!
(Mes 193-216)
N° 185
Carmen sur le sol de la salle de bain.
Joseph sur elle. Cf N° 60
Carmen : Tu me dégoutes.
Joseph : Moi aussi.
Ecoulement de la bonde douche
On ne pouvait trouver son plus adapté pour clore cette action!
(Mes. 253 jusqu'à la fin du Mvt.)
N° 186
Dans la chambre.
Le valet en sort; Joseph s'assied sur le lit.
Carmen : Je ne me console jamais.
N° 187
GP Carmen.
Carmen : De rien…
SEQUENCE 21
(Chapitre 14dvd)
N° 188
Extér. Hôtel Intercontinental.
Pourquoi les hommes existent?
(01.12.07)
puis court silence .
Réplique à Joseph qui disait dans le plan qui disait dans le plan 101:
"Pourquoi les femmes existent".
La cadence finale du quatuor et le court silence délimite le début de
l'Acte final, celui de l' accomplissement, de la mort.
Jacques sort de la voiture bleue en courant vers…
N° 189
Int. Hôtel Intercontinental.
La Salle à manger.
Au premier plan: l'ambassadeur (que nous
P.Carmen
57
26/01/09
avons déjà vu N° 156 et qui évoque de plus
en plus le torero de Bizet…
Deux musiciens du Quatuor.(Claire et 1 er
Violon)
C'est la première et unique fois que le Quatuor se trouve à l'intérieur de
l'action; qu'll a quitté son espace abstrait pour rejoindre le monde des
vivants (et, dans quelques instants, celui des morts…)
Forte rumeur des occupants sous laquelle va
commencer la musique: (XVI, 3 ème Mvt.Mes. 1-5)
A la mes.3…
Entrée solennelle(!) d'un autre quatuor(!):
JLG, sa secrétaire-infirmière-script, Jacques
(le Chef des bandits) et Carmen.
Jacques : Voilà les musiciens.
1 er Violon : Ah, c'est vous. Vous savez que nous
ne sommes pas un orchestre de thé dansant.
JLG : Ah oui les temps sont durs pour des œufs
comme nous.
JLG se livre là au jeu des calembours, comme il le fera, de nouveau au
plan suivant.
Infirmière : J'inscris.
N° 190
La musique reprend à la mes.3 jusqu'à la mes.7
JLG y superpose sa propre musique en tapant sur des verres qui donnent
des notes différentes.
Jacques : Voilà.
JLG : Une ronde, une blanche, et deux noires
pour que ça croche.
Infirmière : J'inscris.
Oui, bien sûr, ça vaut la peine de ne pas oublier cette plaisanterie
musicale, bien dans le style de la précédente!
N° 191
L'ouvrier qui nettoie
La prise de vue est faite de telle façon qu'on a l'impression qu'il est plus
haut que lors de sa première apparition.En fait, dans ce plan, il
surplombe le lustre; il est donc plus haut.
Dans le plan 218 (3 ème plan de la série), il paraîtra encore plus haut;
comme si cette progression avait pour but de conduire le spectateur vers
ces hauteurs où Carmen va bientôt mourir.
Rappelons que c'est aussi d'une hauteur qu'elle descendait (pour la
première fois en tant que Carmen) au plan N°51
N° 192
P.Carmen
58
26/01/09
Une autre partie de la salle où se trouve un
groupe devant une table dressée.
JLG et sa sound machine, que nous avions
déjà admiré à l'hopital, au début du film.
Carmen : (off) On n'est pas des amateurs, il veut
son chèque.
Jacques : Je sais, je sais. Après le travail.
N° 193
La table de l'Ambassadeur.
Au premier plan: les musiciens.
Carmen : On fait un documentaire sur les grands
hôtels, ça vous dérange pas d'être filmés?
Ambassadeur : Non de toute façon on s'en va
dans un quart d'heure.
Violoncelliste : Ca va pas, c'est trop triste.
Le Quatuor commente l'action "en direct", si l'on peut dire.
1 er Violon : Mais il faut que ce soit triste.
Carmen : Dans un quart d'heure, je vous remercie.
2d Violon : Oui mais le jour se lève.
1 er Violon : Oui, de toute façon, Claire n'avait pas
donné un bon coup d'archet.
N° 194
Reprise du 192
Mes.14 et suiv.
Jacques : (off) Qu'est ce qu'il y a?
Carmen : Encore un quart d'heure.
Jacques : Merde.
Infirmière : Toutes ces femmes, quelle beauté,
Monsieur Jeannot.
N° 195
GP Carmen, les yeux baissés.
JLG : Vous savez la beauté, c'est le
commencement de la terreur que nous sommes
capables de supporter.
Infirmière : J'inscris.
N° 196
GP de l'ambassadeur…
…de plus en plus le toréador de Bizet
N° 197
Reprise 195, puis tourne brusquement la tête.
N° 198
Claire se lève et pose son alto sur sa chaise.
N° 199
L'inspecteur au téléphone comme en 178
N° 200
P.Carmen
59
26/01/09
Jacques attrape Joseph dans une porte…
Joseph : Je fais ce que je veux.
Jacques : Vous voulez du travail, moi je vous en
donne. Allez voir ailleurs si on y est.
(Mes. 24-27
… passe le valet avec un plateau…
Valet : Bonjour Mademoiselle.
… on aperçoit Claire dans le fond, qui
s'arrête brusquement ayant aperçu Joseph.
N° 201
Quelques lustres et surtout le trou noir
…plusieurs fois évoqué au cours du film, obtenu par effet d'optique sur
une volute en fer forgé de la balustrade.
Le plan est significativement long.
On a toujours l'impression d'être de plus en plus haut.
Claire : (off) Qu'est-ce que vous faites ici?
Joseph : (off)Je suis venu voir quelqu'un.
Claire: (off) C'est elle.
Oui le trou noir, c'est Carmen.
N° 202
Claire reprend sa place dans le quatuor.
Et à la mesure 26, vient se superposer la Iére
mes. du Mvt suivant .
Ce mouvement est intitulé "La difficile décision"..
Et cette première mesure est sous-titrée "En est-il ainsi".
Cette superposition traduit bien le désarroi de Claire.
N° 203
Claire s'apprête à jouer, mais reste l'archet en
l'air et tourne la tête vers…
N° 204
…Joseph qui est dans la porte et l'aperçoit.
Il baisse les yeux, les relève et les baisse à
nouveau.
N° 205
GP de Joseph.
Même action que 204 mais en GP.
C'est, de nouveau un temps "répété", figure de la sidération que nous
avions déjà observé dans la villa aux plans 111-114
Les deux musique se rejoignent sur la mes. 5 du
2 ème mvt. qui se poursuivra, seul, jusqu'à la
mes.12.
On a déjà écouté ce type de rencontre, notamment à la fin de la Chanson
de Waits.
N° 206
P.Carmen
60
26/01/09
GP de Carmen
N° 207
JLG en train de fumer, regarde Carmen.
N° 208
= 206
JLG : Et si je vais dans la lune…
N° 209
JLG et sa règle à calcul.
JLG : …chercher du financement, vous
m'écrirez?
Infirmière : Oui.
JLG : Vous en avez mis du temps…
Mes.13 et suiv.
pour compter jusqu'à trente-trois. (Cf. N° 21)
Elle a mis, somme toute, le temps du film!
Infirmière : Peut-être.
JLG : Je travaille pas dans ces conditions. Je vais
aller leur dire au revoir.
Infirmière : "L'union parfaite de plusieurs voix
empêche somme toute… (carnets intimes)
N° 210
Claire pleure et ne joue pas.
le progrès de l'une vers l'autre"
Et, pour une fois, cette dernière pensée des Carnets Intimes de
Beethoven est dite par l'infirmière-secrétaire-script et non par Claire,
indisponible.
J'inscris.
N° 211
GP de l'Ambassadeur qui regarde Carmen.
De plus en plus "toréador"!
Jacques : Regarde ton idée.
L'idée regardée, c'est l'Ambassadeur!
N° 212
P.Carmen
61
26/01/09
Jacques et Carmen.
Jacques : J'aurais mieux fait de te laisser dans ton
prisunic, Carmen.
Joseph entre dans le champ.
Jacques : Ah non mais qu'est-ce qu'il fait celui-là?
Jospeh : Carmen!
Jacques : Qu'il se tire. Christine!
Ils s'en vont, oh c'est encore foutu.
(Musique)
Carmen : Pas encore, pas encore.
Ah non, oncle Jean!
N° 213
La table de l'Ambassadeur.
JLG tente de coiffer l'Ambassadeur.
Jacques : (off) Allez, en piste, en piste.
Ambassadeur : Mais ça suffit, partez.
Jacques : (off) Gentil.
N° 214
Passage des différents membres du groupe
Jacques : Monsieur Godard, gentil.
Occupe-toi de la fille.
Pas la caméra, imbécile, les fusils, les fusils.
Christine, nom de Dieu.
Christine : Recule, maintenant.
La musique s'arrête.
N° 215
L'infirmière-…-… entre dans le champ et
ramasse le peigne qu'a fait tomber JLG dans
le plan précédent et prends des notes…
Jacques : Dépêche. Allez.
N° 216
Carmen et le matériel Vidéo.
Entre Joseph.
Carmen se retourne vivement et pointe un
revolver sur lui.
Entre l'Inspecteur.
Inspecteur : Je vous ai déjà demandé ce que vous
foutiez là, mon vieux.
Joseph : Je la tue d'abord, et je me tue après.
Rumeur Salle (sur la phrase de Joseph)
Inspecteur : Bon tuez-la d'abord et je vous tue
après, mon vieux.
Allez, allez, les enfants…
N° 217
P.Carmen
62
26/01/09
Plan d'Ensemble.
Les tables, les morts, les bandits.
…on reste tranquille.
Fusillade
Fusillade
Femme : Merci, merci.
Inspecteur : Je vous en prie, madame.
Allez, occupez-vous de tout ça moi j'ai encore du
travail.
Mes.137- 173
N° 218
Reprise 191.
Nettoyage du lustre.
N° 219
Dans l'escalier, l'Inspecteur tire.
Coups de feu
N° 220
Carmen et la petite fille de l'Ambassadeur.
Carmen : Mais obéis, petite imbécile.
Arrive Joseph
Joseph : L'imbécile, c'est moi.
N° 221
L'Inspecteur, profil droit, regarde la scène.
Joseph : Lâche-la!
N° 222
Joseph (demi-profil droit) et Carmen (de
dos).
Elle tire un coup de feu.
Vraisemblablement sur la petite fille de
l'Ambassadeur, dont on voit, furtivement, la
chute, dans la glace qui est derrière les deux
personnages.
Carmen : Ca y est.
N° 223
Suite 221. L'Inspecteur.
Inspecteur : On sait pas qui va tirer.
Gendarme : Oui, souvent les amoureux sont assez
lâches.
Inspecteur : Allons-y.
Coup de feu
N° 224
P.Carmen
63
26/01/09
Le corps de Carmen glisse à terre.
Joseph lui prend la main.
Inspecteur : Appellez Police-Secours, qu'ils
ramassent les morts, moi je ne travaille qu'avec
les vivants?
Allez, mon vieux, ne faites pas semblant.
Carmen s'accroche à la rampe de l'escalier.
N° 225
Le Trou Noir.
C'est Carmen.
N° 225a
Le Trou Noir encore plus gros
C'est la mort de carmen.
Un coup de feu
N° 226
Deux valets devant la balustrade. On voit
nettement la volute du Trou noir.
Depuis le premier plan de nettoyage du lustre (191) toute la série est
ascendante .
Carmen mourra dans les hauteurs alors que lors de son apparition dans
l'attaque de la banque, elle descend des hauteurs.
Valet : Je te rejoins.
La musique s'arrête Mes. 173
Rumeur Hall
Quelque chose ne va pas, Mademoiselle.
Rappelons-nous le dialogue du plan 161
Mademoiselle.
N° 229
PR de Carmen allongée sur le sol.
Mademoiselle.
Bruit de perçeuse .
Carmen : Comment ça s'appelle quand il y a les
innocents dans un coin et les coupables dans
l'autre?
Dans la cuisine de l'appartement de Trouville Carmen disait:
"Il y a quelque chose avec les innocents, là… et puis les coupables, là…
et puis… et puis , je sais pas ."
Valet : Je ne sais pas , mademoiselle.
Carmen : Cherchez, imbécile.
N° 230
Le valet ½ profil droit.
Valet : Je ne sais pas mademoiselle.
Carmen : Mais si, quand toute le monde a tout
gâché, que tout est perdu, mais que le jour se
P.Carmen
64
26/01/09
lève…
Mes.249 jusqu'à la fin
…et que l'air quand même se respire.
Valet : Cela s'appelle l'aurore…
N° 231
Plan de mer calme et ensoleillée.
Citation presque littérale de la fin de l'Electre de Giraudoux.
…Mademoiselle.
Léger bruit de la mer derrière la musique.
N° 232
Un film de Jean-Luc Godard.
N° 233
N° 234
Reprise 231
In memoriam small movies
P.Carmen
65
26/01/09